16 ans plus tard… Histoire de notre Home Sweet Home

16 ans plus tard… Histoire de notre Home Sweet Home

Préambule : parce que MA maison, c'est une longue histoire, que nos travaux avancent et que progressivement, on va revenir à un HOME SWEET HOME sympa (revenir, parce que c'était déjà bien vu les nombreux travaux qu'on a déjà réalisés), j'avais envie de vous parler un peu de tout ça... parce que quand je partage certaines choses sur Instastory, certaines sont intriguées (est-ce une maison que l'on vient d'acheter, vu l'ampleur des travaux, quelle surface, etc...)

2002 – Fraîchement mariés ou presque, nous nous sommes mis en quête d’un nid lillois pour pouvoir enfin quitter un appartement que nous louions en centre-ville depuis mes études à l’école de journalisme de Lille. On travaillait tous les deux, en CDI, les choses s’annonçaient bien.

Pour ce premier gros achat, nous avions un impératif en dehors du prix, c’était la proximité des gares (il y a deux grandes gares à Lille), parce que Greg était souvent en déplacement (ça n’a pas changé !) et partait souvent en TGV à Paris (moi aussi, mais moins souvent…).

A l’époque où cette quête s’est posée, je venais de trouver un CDI, c’était l’été, je travaillais et Greg était en congés (il travaillait depuis un an) : c’est donc lui qui s’est mis en quête de trouver LA maison qui nous permettrait de commencer à payer un gros crédit à fonder une (petite?) famille … Adjoint de son papa (qui s’y connait pas mal dans le domaine du bâtiment, des architectes, de l’immobilier et compagnie), il a commencé à faire quelques recherches sur Lille et a visité un programme sur du neuf près de l’hôtel de ville (le beffroi) de Lille, des apparts type T3 (2 chambres) sans garage (ou alors en plus du prix de l’appart !), touts neufs et qui coûtaient (déjà) une blinde. Il a aussi visité un exemplaire de l’habitat typique de Lille en environs, la maison 1930  (les maisons 1930 ont toutes en commun d’être de grandes bâtisses – en hauteur- mitoyennes, avec pièce à vivre au rez-de-chaussée, chambres sur deux étages, cuisine souvent située dans une extensions en enfilade de la pièce à vivre). Il en visité une, qui visiblement ne l’avait pas emballé plus que ça.

Ci-dessous, une photo de notre home sweet home il y a environ deux ans, où on avait déjà fait beaucoup de travaux, mais qui nécessitait encore quelques ajustement...

Ci-dessous, une photo de notre home sweet home il y a environ deux ans, où on avait déjà fait beaucoup de travaux, mais qui nécessitait encore quelques ajustement…

 

Et puis il a visité ce qui allait devenir notre Home Sweet Home. Pour lui (et beau-papa), c’était LA maison : il a immédiatement été séduit par la localisation, les volumes, le cachet du sous-sol (je vous dirais pourquoi plus tard), le fait d’avoir un garage et un petit jardin… Et le côté atypique, d’ailleurs vendu par l’agence qui mettait en vente le bien (et que nous avions réussi à contourner !) – parce que oui, clairement, la maison a quelque chose d’atypique…

Arriva le jour où je devais la visiter… Le proprio était en retard et on attendait sur le trottoir quand mon chéri me dit « ah, tiens, le voilà« . Un soixante-huitard baba-cool arrivant à vélo avec une charrette harnachée à son vélo, barbu et décoiffé et fort sympathique – pas du tout guindé le monsieur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Accrochez-vous, voici l’entrée de la maison telle qu’on l’a visitée à l’époque !

Il ouvre la porte et … j’ai été happé par le bordel… en premier lieu… Puis le manque de propreté – bon c’était pas non plus un taudis, mais c’était clairement pas l’intérieur de Bree Van de Kamp, et pourtant, je ne suis pas maniaque – mais-y-a-des-limites-quand-tu-fais-visiter !

On visite, du sous-sol aux étages, une maison pleine d’escaliers (moches, très moches), pleine de volumes (mais relativement vide ou mal aménagée par le propriétaire), mais où rien n’est fini et même plutôt en mauvais état – et je vais de désolation en désolation : « mon dieu, mais où est-ce qu’il m’a emmenée?« . C’est exactement mon état d’esprit quand j’ai visité cette maison. Dans mon esprit, à l’époque, je pensais qu’on allait acheter un truc où on avait juste – éventuellement – des peintures à refaire et voilà. Ici, c’était moche et pas habitable – pour moi – en l’état.

Voici par exemple la pièce à vivre (si vous regardez la première photo de l’article, c’est la même pièce)

la grande pièce à vivre à l'époque de notre achat

la grande pièce à vivre à l’époque de notre visite…

Je suis sortie de la visite de la maison. Mon chéri, enthousiaste m’a dit « alors, t’en penses quoi? » et j’ai répondu par un sobre « pour moi c’est non« , qui est tombé comme un couperet.

C’était sans compter sur la ténacité de Monsieur et du beau-père !

« Transpose-toi » qu’ils me disaient (et pourtant à l’époque, Stéphane Plaza n’était pas encore connu avec ses émissions de déco, d’ailleurs, il n’y avait pas d’émission de déco à la TV). « Regarde, on peut faire ça, ça et ça« , ajoute mon beau-père, avec déjà de nouveaux plans dans la tête.  «  ? » renchérit Greg.

Non, je n’ai vu que le bordel, les travaux, les finitions, le jardin en friche façon forêt-vierge-avec-des-murs-dégueu-pas-finis, le sous-sol rempli du sol au plafond de quincaillerie en tout genre (du genre de ceux qui gardent tout – on ne sait jamais, ça peut servir !), tant et tellement qu’on pouvait à peine y circuler, dans ce sous-sol. A l’étage, j’ai aussi vu une salle de bain sur-dimensionnée avec des espaces inutiles et en placo tout gris-qui-ne-ressemble-à-rien, des sanitaires pas très propres et des chambres lambrissées des murs au plafond avec des portes déglinguées sur lesquelles les enfants avaient fait toutes sortes de graffitis. La pièce à vivre était spacieuse, mais entichée d’un escalier en plein milieu et pire, d’une cuisine dégueulasse, limite graisseuse avec un plan de travail en carrelage dont les joints étaient inexistants (quand je vous dis que rien n’était fini dans cette maison).

La cuisine telle qu'on l'a vue lors de notre visite

La cuisine telle qu’on l’a vue lors de notre visite – avec le gros bidon de bière qui trône sur le plan de travail :)

Il y avait donc un GAP énorme entre ce que j’imaginais / ce que je voulais et ce que je visitais.

Il fallait se transposer : chose que je ne savais pas faire à l’époque. Parce que je ne l’avais pas envisagé ainsi. Chose que j’ai apprise avec le temps. Par la force des choses.

Le sous-sol qui est depuis devenu mon bureau, mais qui était sale et plei nde bordel (la personne en chemisier vert pâle en bas de la photo, c'est moi, je crois que la photo, je me demandais bien ce que je faisais là! )

Le sous-sol qui est depuis devenu mon bureau, mais qui était sale et plein de bordel (la personne en chemisier vert pâle en bas de la photo, c’est moi, je crois que je me demandais bien ce que je faisais là! )

Et puis un jour de novembre, on a signé. Parce que je n’ai pas visité d’autres biens immobiliers, parce que les volumes étaient là, parce que « plan à l’appui », Greg et mon beau-père m’ont montré le potentiel de la maison pleine de promesses, parce que c’était elle et pas une autre. Et pourtant…..

Je vous raconte la suite prochainement?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

29 commentaires pour “16 ans plus tard… Histoire de notre Home Sweet Home”

  1. Ah se projeter… que c est difficille. J ai un mari bricoleur expert ça aide. J attends la suire avec impatience.
    Bon courage pour la suite.

      1. les maris bricoleurs ont le chic pour nous trouver des trucs à faire : c’est un avantage, certes, mais des fois, on aime aussi avoir un peu de calme 🙂

    1. les bricoleurs c’est sûr que c’est top, mais comme je le disais à « Brijou », parfois, on aime aussi les périodes sans travaux pour profiter (j’en ai eu, fort heureusement, mais les travaux, c’est une période de gross stress tout de mêe^!

  2. Il y avait clairement moins, voire pas d’émissions de deco avant. Et clairement, j’aurais été bien « déballée » devant tout ce travail à accomplir !
    Bravo à vous 2.

    1. et puis les émissions de déco, franchement, c’est pas toujours du meilleur goût (parfois un peu trop criard, certaines chambres d’enfants… ou des intérieurs trop « marqués »

  3. Mais quel courage !!!
    J’ai beau être capable d’imaginer le potentiel d’une maison ou d’un appart, je crois que comme toi j’aurais un peu déchanté en visitant ce taudis….
    Mais de ce que je vois aujourd’hui vous avez réussi un pari dingue.
    Hâte de lire la suite ♡

    1. disons que je partais avec l’idée d’un truc sympa alors forcément, visuellement, c’était dur dur d’avoir une idée…. mais monsieur et beau papa ayant travaillé l’idée, j’ai fini par être convaincue, il y avait tellement de potentiel 🙂

  4. oh la cuisine ! clo tu as vu elle est du style de celle que nous avons abattu cet été ! et nous avions aussi la cheminée avec des briques ….mais c’était mode en 1980 !

  5. RAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH, je veux la suite moi!!!!!!!!!

    Tu seras honorée de savoir que j’ai décidé de te consacrer mes 10 min de liberté de ce matin! 😀

    Hâte de savoir comment les choses se sont goupillées!

      1. Tu penses ? hahaha Mon mec se refroidit direct aussi quand on liste les trucs qui vont pas et que x+ y +z = €€€€ et qu’en plus tout est crado-encombré (smiley qui pleure)
        Bravo pour les travaux en tout cas !

  6. Oh PUNAISE ! On vient d’acheter une maison à retaper entièrement nous aussi mais la projection était plus facile : elle était presque vide !!
    J’ai hâte de lire la suite et voir ce que vous avez réussi à en faire 🙂

    1. Vide ou pas, la maison était dans un tel état qu’il fallait faire beaucoup – au départ – pour se projeter 🙂 mais très vite, on a entrepris des travaux (et les plus récents, longs, sont surtout du gros oeuvre nécessaire à la solidité de la charpente portant l’étage… sinon, pour répondre à ta remarque sur FB, on n’a pas mis de parquet car la pièce est très grande avec cuisine ouverte et on a une cheminée, donc on voulait du carrelage, plus facile à bien des égards (nettoyage, etc…), les chambres sont toutes parquetées 🙂

    1. ils ne se sont pas trompés 🙂 on a eu raison de choisir cette maison, parce qu’on a un très bel espace sur Lille, ce qui n’est pas forcément facile à trouver ! avec garage et jardin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *