C’est mon blog, ma bataille… [tribute to… ?]

C’est mon blog, ma bataille… [tribute to… ?]

Un petit article humeur, ça vous dit? Pourquoi blogue-t-on? On a toutes de bonnes raisons de le faire, non? Ennui, envie, exutoire, partage, toutes les raisons sont bonnes.

laptop.jpg

Pour ma part, voici ce qui se passe dans ma tête… C’es un peu un article « confessions » aujourd’hui. Confessions intimes, vous voyez? [enfin, pas trop non plus, partez pas, j’vais pas finir à poil non plus !].

Je fourmille depuis des lustres d’idées que je ne mets pas toujours à éxécution. Par exemple, j’ai en tête trois/quatre idées de bouquins, un qui serait un peu documentaire, l’un qui serait un mélange d’auto-biographie et de fiction (surtout un prétexte pour parler de mes origines) et les deux autres de pure fiction (l’un se déroulant pendant la Seconde guerre mondiale et l’autre dans le futur). Oui, rien que ça. J’ai balancé des idées, comme ça sur le papier. Et jamais je ne me lance. J’admire d’ailleurs celles et ceux qui parviennent à se lancer ! Donnez-moi votre secret ! J’adore écrire. Certaines le savent d’ailleurs, c’est en partie un volet de mon métier.

book.jpg

Pourquoi j’ai fait un blog? Pour écrire, certes. Mais quand j’ai commencé le blogging (en 2009, sur un autre blog), c’était avant tout un exutoire. J’en ai ressenti le besoin. J’avais besoin de partager mes épreuves pour mieux les traverser, partagez aussi avec d’autres qui traversaient la même galère.

Et un blog est né de cet état d’esprit.

Mes amies le lisaient, quelques membres de ma famille et aussi toute une communauté d’inconnues touchées par ma petite histoire. Un petit blog sans prétention où j’ai continue à blablater régulièrement, en parlant de mes coups de coeur, mes coups de gueule, mes coups de « mou », mes coups au coeur. Ce blog existe encore mais a peu à peu sombré dans l’oubli de la blogo. Mais je le garde. Il me sert encore d’éxutoire. Il me fait du bien et il m’arrive d’y aller pour déverser le trop plein que j’ai sur le coeur et dans la tête.

clavier.jpg

Et puis est né « Le boudoir de Vesper ». Il est né de mon envie de partager moi aussi sur la beauté puisque quand mon premier blog est né, je fourrais déjà mon nez dans les blogs beauté, que je suivais sur Hellocoton [pour celles qui ne connaissent pas et viennent sur ce blog via un autre canal, Hellocoton, c’est comme un portail qui regroupe « la fine fleur de la blogosphère féminine ». Toutes les thématiques y sont abordées : mode, beauté, cuisine, humeurs, culture, etc…].

hellocoton.jpg

Il y a comme ça quelques blogs qui m’ont donné envie de me lancer : des blogs qui maintenant tournent au ralenti ou ne sont plus aussi nourris qu’à l’époque où je les ai connus. Mais peu importe. Ils m’ont donné envie. L’envie d’avoir envie (Johnny, je t’en prie, sors de ce corps!).

dotcom.jpg

Alors prudemment, petit à petit, je me suis lancée. Dans l’arêne, je pourrai dire. C’est un endroit très peuplé. On y fait de belles rencontres, virtuelles, certes, mais qui peuvent devenir réelles. C’est un monde comme les autres, fait de bisounours, de personnes qui donnent beaucoup, d’autres qui n’aiment que recevoir, sans donner. Je ne citerai personne parmi les belles rencontres que j’ai pu faire de peur d’en oublier certaines, mais je suis sûre que là, derrière leur écran, elles me lisent et se reconnaissent. MERCI*.

Une pensée également aux marques qui progressivement m’ont contactées, à celles qui m’ont fait confiance, alors que je ne suis qu’un blog parmi d’autres. MERCI. Soyons rester humbles, bloguons par passion, parce que nous aimons ça, parce qu’on ne vit ça que pour le partage. Relativisons, ici, nous nous connaissons, mais sorties de ce cocon des blogs beauté, qui nous connaît?

Ce blog « Le boudoir de Vesper » est devenu mon autre facette… Il me fait un bien fou, c’est ma bulle d’oxygène. Plus, même.

bulle.jpg

Même si j’ai des soucis, j’ai besoin de lui pour penser à autre chose.

Même la tête dans la guidon, je suis là, fidèle au poste, parce que je sais que là, derrière, il y a VOUS, mes lectrices.

Je ne suis pas la seule, on est des centaines à faire ça (combien de blogs beauté en France, hein? aucune idée) et pourtant, j’ai réussi à bâtir une petite communauté avec ses habituées ici, sur Facebook, Twitter et Hellocoton, je trouve ça magique. Tout cela est bien modeste, mais il ne m’en faut pas plus, bloguez toujours avec passion pour partagez ici avec vous.

On continue l’aventure ensemble? Je vous retrouve très vite pour un article beauté, of course!

* MERCI [J’ai voulu vous coller l’un des gif animés dégoulinant d’étoiles, de paillettes, et dorure, de coeur, de bisounours, et puis finalement faisant dans la simplicité : MERCI, c’est tout bon !]

9 commentaires pour “C’est mon blog, ma bataille… [tribute to… ?]”

  1. On a toutes une histoire de blogging différentes 🙂 Moi je les ai écrit mes 2 romans : l’un est une daube, l’autre tient la route. Le blog ça permet d’écrire sans se prendre autant la tête : c’est facile, pas d’enjeu, on a le sentiment rapide de réussir à faire ce qu’on veut.Alors qu’un roman, c’est autre chose, paye tes centaines de relectures…

    ça ne fait qu’un an et un mois que je blogge, j’aime bien, ça change du carcan de ciao, sur lequel j’ai beaucoup écrit. Je ne prends que le positif ! Et chaque fois qu’une marque me contacte, j’ai l’impression que c’est Noël 🙂

  2. Je comprends ce que tu dis à propos d’exutoire. Mon blog n’est pas un exutoire (en même temps, tu vas pas « exuter » grand chose avec des vernis à ongles lol) mais c’est un dérivatif nécessaire. Comme me disait Chéri l’autre jour, je ne suis pas à la base férue de beauté, c’est venu en pratiquant, à la base ce que j’aime, c’est jsute écrire. Quant à se lancer dans des projets plus longs d’écriture, j’ai mis deux ans à dépasser le chapitre un de ce que j’ai en tête, alors je suis mal placée pour donner des conseils, sinon peut-être celui de le faire uniquement à l’envie… Pour le blog, je suis capable d’écrire 4 ou 5 billets dans la même journée si je n’ai rien d’autre à faire. Quand j’écris pour ce truc que je n’ose même pas appeler un roman, après une page et demie, je suis vidée…

  3. Tu décris très bien ce à quoi l’écriture – sous toutes se formes – peut apporter. Merci à toi pour le temps que tu prends à nous faire partager tes coup de coeur (ou tes cris d’horreur) beauté, et pour tes idées de livres : jette-toi à l’eau ! 😉

  4. PS à mon commentaire précédent : et moi, je démontre parfaitement ce qu’il ne faut pas faire quand on écrit (ne pas se relire parce que loulou major veut que je lui dessine une beetle et se rendre compte ensuite qu’on a changé de formulation – et pas de construction grammaticale, hélas – en cours de route !). Je voulais écrire « ce QUE l’écriture peut apporter », évidemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *