Le soleil, ami ou ennemi – Les solaires #1

Le soleil, ami ou ennemi – Les solaires #1

Le soleil, un ennemi qui nous veut du bien ?

soleil

Cela fait au moins un an que je veux écrire cet article et je ne trouve pas le temps de me poser pour en entamer la réflexion… J’avais envie de faire un point sur le soleil, la peau, les cosmétiques, bref, tout ce qui tourne autour de cette thématique car il y a un milliard de choses à dire…

Cette réflexion s’est essentiellement nourrie au point de départ d’un échange avec Cyrille Telinge, cofondateur de Novexpert, qui nous avait distillé quelques pistes sur ce sujet quand j’avais visité les labos de la marque (ici).

Et je me suis dit qu’il fallait « fouiller » un peu, approfondir… alors même si c’est un blog et pas une parution pro comme j’ai l’habitude de le faire pour le boulot, j’ai eu envie d’aller un peu plus loin et de vous présenter un petit dossier (à la hauteur d’un blog, hein, on n’est pas dans « La recherche ») sur le soleil, les cosmétiques, la peau ,etc… Et j’ai donc sollicité de nouveau Cyrille, qui a eu la gentillesse de répondre à quelques unes de mes questions… C’est donc avec lui que j’ai construit cet article pour que vous y voyiez plus clair !

Cet article ouvre la série « soleil », car il y aura une série d’articles sur le sujet, comme un mini dossier ! Bonne lecture !

NB : J’essaye de structurer ça, que ça ne soit pas trop dense, trop fouilli mais surtout, j’attends vos commentaires si vous avez encore des questions (celles que vous m’avez posé sur FB feront l’objet d’un article dédié).

summer_beach_cocktails-1920x1080

S’exposer au soleil, c’est bien ou pas ? Faire la crêpe en plein soleil, 7 jours sur 7, de 10h du mat’ à 18h, pas sûre que vous teniez aussi longtemps ! Et puis franchement, votre peau va en prendre pour 20 ans (et je peux vous dire que les filles qui abusent du soleil, ça se voit, dès 30 ans, voire avant et encore plus en vieillissant)

trop de soleil?

trop de soleil?

Cela dit, la peau a besoin de soleil, oui, oui, vous lisez bien ! Pas de soleil, pas de vitamine D et des carences en vitamine D seraient associées à diverses pathologies (cardio-vasculaires, cancer, etc…). Dommage car la vitamine D dépend directement des UV B, les mêmes qui sont plus présents entre 11h et 16h !

Alors on fait quoi ? On met une crème solaire dès qu’on pointe le nez dehors ? On s’en passe ?

C’est la durée d’exposition qui va déterminer le choix d’une protection ou non. Un petit verre pendant 10-15 minutes en terrasse à 16h ? Pas besoin de filtrer ! Un repas vers midi qui va s’éterniser jusqu’à 14h30, on se protège !

J’avoue que je suis assez OK avec ça, lorsque la peau n’a pas de souci particulier (pas d’antécédent de mélanome ou autre souci du même type). : protéger à tout va, non merci, il faut aussi habituer la peau à appréhender le soleil, pour 10-15 minutes, ça lui fait du bien ! Bien entendu, chaque cas est particulier et si vous rougissez plus vite que votre ombre, là, il faut dégainer la protection !

NB : on ne parlera ici que des UV B car ce sont eux qui sont responsables des coups de soleil et des cancers de la peau !

 

Comment fonctionne une crème solaire ? Elle contient des filtres et ce sont eux qui font le travail… Il existe deux types de filtres.

solaires
  • Les filtres chimiques, (les plus courants sur le marché de la cosméto) : Ils absorbent les rayons UV B et les transforment en chaleur, ce qui neutralise l’effet délétère des rayons UV. Efficaces 30 minutes après application (important à savoir), ils protègent plutôt bien mais leur durée de vie est de 2 à 4h car ils pénètrent la peau et finissent par disparaître…

Inconvénients : ils ne font pas forcément du bien puisqu’ils sont suspectés notamment d’être source d’allergie et d’être des perturbateurs endocriniens – petite histoire qui fait frémir, on a même retrouvé des molécules de ce type dans le lait maternel de mamans allaitantes (flippant, non ?). Et puis si vous êtes à la mer, ces produits nuisent aux écosystèmes (les coraux en pâtissent sérieusement, les poissons ont eux-aussi un système endocrinien qui peut se retrouver perturbé).

Avantages : de nombreux produits résistent super bien à l’eau et aux frottements et la galénique (forme du produit) est assez variée. Personnellement, c’est ceux que j’utilise le plus (j’ai vérifié) et j’avoue le faire surtout par souci de praticité, les galéniques étaient très variées, on trouve toujours de quoi se faire plaisir pour se protéger ! Cela dit, je chemine en me disant que je vais peut-être changer mon fusil d’épaule !

  • Les filtres minéraux, oui ceux que vous redoutez car ils forment un film un peu blanc sur votre peau quand vous les appliquez – fonctionnent quant à eux par effet miroir. Ils renvoient les rayons UV grâce aux pigments réflecteurs qui les composent (et qui ont justement cet effet blanc) et font donc office de barrière sur la peau !

Avantages : ils sont inertes et ont une plus longue durée d’action, si on ne frotte pas et si on ne les utilise pas dans l’eau ! Oui car ils ont plutôt tendance à se faire la malle dans l’eau… Avantage quand même, le film blanc permet de voir si on a bien appliqué le produit ! Et puis certains produits se sont améliorés et le film blanc est peu à peu devenu invisible dans certains produits !

Inconvénient : ce film blanc qui rebute un peu…

A privilégier donc si vous voulez limiter les risques d’allergie… en vérifiant qu’ils ne contiennent que du dioxyde de titane ou de l’oxyde de zinc sans particules nano (si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article précisément sur la question)

indice SPF

Faut-il appliquer un indice 30 ou 50 ? J’ose ou j’ose pas ? Allez, c’est avant tout grandement commercial : en fait, entre un indice 20, 30 et 50, la différence n’est pas énorme : un indice 15 protège à 93,3 %, un indice 20 à 96 %, un 30 est à 97,4 % et un indice 50 à 98%. Alors qui peut le plus peut le moins et si vous avez tendance à à en mettre de manière insuffisante, c’est peut-être mieux d’opter pour une protection supérieure… De mon côté, pour les enfants, c’est du 50 sans rechigner, pour moi, ça oscille entre du 30 et du 50, selon les zones et l’ensoleillement et la durée d’exposition (l’été, au soleil, dans la piscine, etc… il va de soi qu’il faut redoubler de prudence !)

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour être bien protégée, il faut mettre beaucoup de crème solaire ! Oui, même carrément beaucoup, et sûrement beaucoup plus que ce que vous mettez en temps normal. Les tests de protection sont réalisés et donc validés avec 2 mg/cm2 de peau : or il a été démontré qu’on en mettait généralement 4 fois moins ! Alors ce n’est pas grave, sauf que ça rend l’efficacité du produit moindre ! On divise alors le temps d’efficacité du produit et il vaut donc mieux en remettre souvent… Idéalement, on devrait vider un flacon de crème très très rapidement ! Mais personne ne le fait ! Je trouve que je suis assez « bonne élève » pour la protection solaire au niveau du corps, j’en mets régulièrement, mais je n’use jamais plus d’un flacon l’été (cela dit, je ne m’expose pas non plus tout l’été non plus ! Pour les enfants, même chose, évidemment, en faisant plus attention, of course !

bébé

Et pourquoi donc ? Parce que la peau a une sorte de mémoire qui « enregistre » les coups de soleil et autres méfaits de l’astre du jour pendant l’enfance. Un coup de soleil pendant l’enfance vaut beaucoup plus en terme de dommages qu’un coup de soleil sur une vieille peau (je schématise et je provoque of course pour le côté vieille peau). Parce que les cellules de la peau, quand il y a un coup de soleil, elles se suicident. La peau qui pèle, c’est un suicide cellulaire massif. On se débarrasse de ce qui est brûlé. Mais pour les cellules qui restent, parfois, il y a des mutations qui s’opèrent, mutations gardées en mémoire, qui se reproduisent avec le renouvellement de la peau et qui un jour, peut-être, peuvent ressortir sous leur mauvais jour (mélanome, carcinome). Alors les écrevisses, on rentre au bercail !

Je frémis quand je prends le métro aux beaux jours et quand je vois des personnes cramées mais plus encore quand il s’agit d’enfants ! La protection solaire, on en parle, plus d’excuse pour ne pas se protéger…

6077-003167 Et comme la protection solaire n’intéresse pas que la peau, je préfère aussi vous inviter à porter des lunettes de soleil, pareil pour les enfants, l’été, c’est essentiel ! Surtout les yeux clairs ! Et n’oubliez pas votre panama !

A bientôt pour un prochain épisode sur les gélules et autres compléments alimentaires…

Now, place à vos questions !

Merci encore à Cyrille Telinge d’avoir pris le temps de répondre à mes questions et à vos questions (bientôt !) 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 commentaires pour “Le soleil, ami ou ennemi – Les solaires #1”

  1. Pour moi et mes filles, c’est indice 50 du moins la première semaine des vacances . les filles, je les « oints » le we et même le matin avant de partir à l’école . Perso, je ne sors jamais sans chapeaux, chemise manches longues qd je suis en vacances. ….et je suis bien la seule sur la plage à être « couverte » ! je viens d’écire un article sur mes solaires de l’été mais j’ai oublié de mentionner que je sortais » couverte » parce que les tâches sortent plusieurs années plus tard …..
    j’aimerai bien savoir pourquoi une crème spécifique pour les enfants .
    bises

    1. pour le côté crème spécifique pour les enfants, je tenterai d’apporter une réponse demain ! et pour le reste, je suis 100% d’accord même si de mon côté, je profite du soleil en manches courtes (mais crème, chapeau et lunettes)
      j’irai voir ton article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *