[Lecture bien-être] No Sucre ! de Nicole Mowbray

[Lecture bien-être] No Sucre ! de Nicole Mowbray

sucreJe vous ai parlé ici de ma « nouvelle vie sans sucre ajouté ». En entreprenant de faire ce virage alimentaire, je me suis pas mal documenté (dans le passé) et j’ai aussi acheté ce livre de Nicole Mowbray, journaliste de presse féminine britannique.

No Sucre

Synopsis

Journaliste trentenaire aimant profi ter de la vie, Nicole Mowbray a arrêté du jour au lendemain de manger du sucre – y compris les édulcorants – et tout ce qui en contient. Tout a changé pour elle : sa silhouette, sa peau, son sommeil, sa santé et jusqu’à ses relations avec sa famille et ses amis. Car on le sait aujourd’hui : le sucre n’est pas bon pour la santé. L’OMS a recommandé que l’on réduise de moitié la consommation de sucre, qui est de plus en plus considéré comme une substance addictive, au même titre que l’alcool et le tabac. Dans ce livre qui est à la fois un témoignage, une enquête et un guide pratique, Nicole Mowbray raconte en détail comment elle a procédé pour son sevrage, ses diffi cultés, mais aussi tous les bénéfi ces qu’elle en a retirés. Elle interroge de nombreux spécialistes (nutritionnistes, cardiologues, psychologues), donne quantité d’informations pratiques sur ce que l’on peut continuer à manger, et nous montre que SI ELLE L’A FAIT, TOUT LE MONDE PEUT LE FAIRE.

no sucre

Mon avis

Même si l’auteur fait la part belle à sa propre expérience et raconte son expérience au sucre comme une addiction (ce que je trouve exagéré, mais j’imagine que ça doit tout de même être le cas pour certaines personnes !), j’ai trouvé cet ouvrage très instructif !

Le document est nourri d’infos, d’exemples, d’informations pour faire autrement et d’études qui montrent que le sucre n’est pas utile. Ce dont je suis plus que convaincu. A titre perso, je mange beaucoup beaucoup moins de sucre ! Là où cela reste un souci, ce sont mes enfants qui sont très « sucrés » et qui ont encore du mal à mesurer l’importance d’en réduire la consommation.

Ce que j’ai retenu

L’auteure parle du Pr Lustig, dont le documentaire « le sucre, une amère vérité » a fait grand bruit, je vous conseille de le visionner, c’est éloquent !

Le sucre crée une addiction et l’industrie agro-alimentaire l’a bien compris !

A la phrase « La vie est trop courte pour ne pas se faire plaisir », l’auteure oppose « la vie est surtout courte si on est en mauvaise santé, je suis plutôt très en accord avec cette phrase, à laquelle  j’ajouterai même « elle est trop courte pour la la vivre en mauvaise santé ». Je repense aux lectures de david Servan-Schreiber qui m’ont énormément apporté en début d’année, elles ont été un gros déclic pour moi !

L’auteur parle également de vieillissement : on le sait que le sucre peut influer sur la formation de signes de l’âge ! La peau étant le reflet de notre alimentation (je vous invite d’ailleurs à lire ou relire cet article).

Elle apporte aussi des pistes pour manger sain, sans sucre (je ne suis pas encore passé du côté 100% sans sucre, je ne pense pas pouvoir me passer de fruits, par exemple…), mais elle recommande – en vrac – d’éviter la fréquentation des chaines de café (Starbucks et compagnie – j’ai toujours trouvé ça surfait, je n’y mets plus les pieds !), de se découvrir une passion pour les avocats (je me rappelle en avoir beaucoup mangé en étant plus jeune :), arrêter l’alcool qui est aussi plein de sucres (pour la convivialité, il y a mieux, mais on n’est pas obligé de tout arrêter et en plus, sans alcool la fête peut aussi être plus folle…). Bien sûr, elle fustige aussi les édulcorants, qui sont à mon sens une hérésie – une de plus – de l’industrie agro-aliemtnaire qui pense nous faire profiter du plaisir du sucre sans le sucre mais qui en réalité entretient l’ambiguité et l’addiction. J’ai été à une époque, cliente de l’aspartam, j’aimais même son goût, je ne le supporte plus, plus du tout.

Enfin, ce que je retiens de cet ouvrage, c’est le constat que ne plus manger de sucre du tout est impossible et que considérer un aliment comme totalement interdit revient à l’investir d’une charge émotionnelle : à savoir qu’un jour il est un plaisir (si l’on prend l’exemple du chocolat) et le lendemain une punition. Le sucre est une récompense un peu étrange, poursuit l’auteure. Il procure du plaisir, mais ce n’est qu’éphémère…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne dis pas que les choses sont faciles, d’autant que je n’ai pas supprimé tous les sucres, mais une vie avec beaucoup, beaucoup moins de sucres est possible et elle est souhaitable, pour notre santé !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires pour “[Lecture bien-être] No Sucre ! de Nicole Mowbray”

  1. Je partage ton avis. Mais pas facile de s’en passer. Je suis addict surtout au chocolat. Je tente de faire attention à ce que je mange dans la journée. Malheureusement Aymeric est un fervent addict aussi du sucre sous toute ses formes et me tente régulièrement. :-/

  2. Ton article est vraiment très intéressant. Je déplore aussi qu’il soit si difficile de diminuer le sucre à défaut de le supprimer. Les industriels en mettent partout en trop grande quantité y compris dans certains légumes en boîtes ou surgelés. Souvent le poulet que l’on achète déjà rôti contient aussi du sucre. En effet, les commerçants (dont une grande chaîne française de supermarchés) ajoutent du caramel pour que les poulets rôtis soient bien dorés et plus appétissants. Et ne parlons pas de ce qui est sucré, comme les gâteaux et les glaces par exemple, c’est toujours beaucoup trop sucré. Il faut dire que l’industrie du sucre est un sacré lobby et qu’il faut bien écouler les surplus. En plus ça ne coûte pas cher, beaucoup moins que d’utiliser des ingrédients plus nobles pour faire de bonnes choses. Et l’on s’étonne que les cas de diabète de type 2 soient de plus en plus nombreux et représentent une dépense conséquente pour notre système de santé.

    1. Si on voulait tout supprimer le sucre, entièrement, ça serait vraiment « galère », car il y en a vraiment partout : je ne fais pas cette chasse aux sucres, seulement celle où je le vois directement et c’est déjà pas si mal ! A côté de ça, je ne me refuse pas de manger une petite part de gâteau de temps en temps, je ne suis pas « butée » sur mes efforts, seulement, je sais que j’en ressens bcp moins le besoin !

      1. Tu as tout à fait raison. Mais sans supprimer totalement le sucre, s’il y en avait déjà moins dans les pâtisseries, les glaces…, ce serait déjà pas mal, et tellement meilleur sur le plan gustatif. Mais c’est vrai le sucre apporte tout de même de l’énergie. Et s’en passer totalement est très difficile. Et c’est tellement bon de se faire plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *