[Lecture] Chérie, je vais à Charlie, Maryse Wolinski

[Lecture] Chérie, je vais à Charlie, Maryse Wolinski

Maryse Wolinski a voulu savoir. Alors, elle raconte. C’est aussi son métier, raconter : journaliste et écrivain, c’est sa façon de s’exprimer. Elle a donc pris sa plume et raconté son 7 janvier. Et les jours suivants…

Chérie, je vais à Charlie, Maryse Wolinski

Synopsis : 

« Chérie, je vais à Charlie » : tels sont les derniers mots que Georges m’a lancés, en ce matin du 7 janvier. Trois heures plus tard, l’attentat fera douze morts. Parmi eux, Georges, frappé par quatre balles de Kalachnikov. Quarante-sept années de vie commune fracassées. J’oscille entre insomnies et cauchemars, sidération et déni, enfermement et colère, obsédée par cette question : comment une scène de guerre a-t-elle pu se produire, en France, dans les locaux d’un journal satirique ? Puisant ma force dans le chagrin, j’ai cherché à comprendre, à travers le récit de cette journée du 7 janvier 2015 et de ses suites, où se trouvaient les failles. De cette quête, je suis sortie anéantie. Désormais, je suis celle qui va.

première page Charlie

Mon avis

Comme beaucoup de monde, j’ai été bouleversée par les attentats de janvier et novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Comme beaucoup de monde aussi, je cherche à comprendre. Comme beaucoup de monde, j’ai été comme « soufflée » quand j’ai entendu les noms de Wolinski et Cabu comme étant les victimes de ces attaques terroristes… (pour être honnête, je connaissais peu ou prou les autres !). Mais Wolinski, quoi ! Cabu ! Toute mon enfance, mon adolescence ! Les dessins ! Alors j’ai acheté ce livre en partie pour ça, comme un dernier hommage à l’homme, aussi pour savoir ce qu’en disait son épouse, sa muse, comme elle se définit. Je comprends à quel point elle a pu être dévastée par cet attentat, j’ai été choquée de lire qu’aucune autorité « compétente » ne lui ait annoncé « officiellement » le dècès de son époux (elle l’a appris de la voix de son beau-fils qui s’était rendu sur les lieux) ! Pourtant, j’imagine que ce genre de choses se fait, dans ce genre de drames ! C’est donc cette colère et cette tristesse que Maryse Wolinski a cherché à transcrire dans ce « Chérie, je vais à Charlie ». Les derniers mots qu’il lui ait dit avant de la quitter. Définitivement. Elle attendait un signe de sa part, ils devaient visiter ensemble un appart cette après-midi là. Il n’était plus là. Après ça, Maryse Wolinski a voulu savoir. Elle a mené sa petite enquête et s’est rendu compte qu’il y avait eu des failles dans la sécurité de Charlie Hebdo. Que le drame aurait sans doute pu être évité.  « L’Etat a fait preuve d’un attentisme à tous les niveaux ». Les réponses qu’elle cherche, elle les trouvera en partie auprès de ceux qui entouraient Charlie Hedo, sans le savoir, parfois. Les victimes de l’attentat, les collègues, les voisins de palier, le personnel du théâtre tout proche qui a accueilli les premières victimes, les policiers… Avec des détails dont on n’a pas entendu parler ailleurs (existence d’un troisième homme aux côtés des frères Kouachi, par exemple). Un travail de journaliste qui retrace ce 7 janvier mais avec les yeux d’une victime collatérale de ce drame.

Aux éditions du Seuil.

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires pour “[Lecture] Chérie, je vais à Charlie, Maryse Wolinski”

    1. il faudrait que je retourne à ma bibliothèque de quartier, qui a ouvert assez récemment, mais au tout début, ils étaient assez pauvres en livre, j’ai été déçu (du coup, j’achète encore beaucoup de livres 🙂

      1. J’ai une médiathèque à quelques rues de chez moi, elle a ouvert il y a 2 ans. Elle a beaucoup de nouveautés et fait tourner les livres avec les autres médiathèques et bibliothèques de la ville. Tout est informatisé, on peut réserver nos livres en ligne, les prolonger, et consulter la liste des dispos sur toute la ville. c’est hyper pratique.
        Mon fils bouffe 15 livres par semaine (non je n’ai pas fait de faute de frappe !^^), donc plus le choix de passer par le prêt, je ne pouvais plus suivre financièrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *