[Lecture] L’anomalie, Hervé Le Tellier (prix Goncourt)

[Lecture] L’anomalie, Hervé Le Tellier (prix Goncourt)

Une fois n’est pas coutume, on va parler du dernier prix Goncourt. Bien sûr, j’adore lire, mais je me laisse souvent « porter » par mes propres découvertes… Je ne suis que rarement « appelée » voire « happée » par les actualités littéraires et encore moins par les prix qui fleurissent à l’automne. Cette fois-ci, j’ai pourtant voulu acheter le Goncourt… L’anomalie d’Hervé Le Tellier.

Synopsis/4ème de couverture

« Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension. »En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris-New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.Roman virtuose où la logique rencontre le magique, L’anomalie explore cette part de nous-mêmes qui nous échappe.

Mon avis

Comme je vous le disais, je verse assez peu dans le prix littéraire. La raison en est simple : à part les grands classiques de la littérature que tout le monde connait depuis belle lurette (qui dit encore ça de nos jours?), j’ai été déçue par certains prix et notamment par Les Bienveillantes, prix Nobel de littérature de Jonathan Littell que je n’ai jamais terminé (probablement l’un des deux seuls livres que je n’ai pas pu/su lire jusqu’au bout !). Alors je me suis dit que je ne me ferai plus « avoir ». Mais l’anomalie m’intriguait, j’ai l’impression qu’on en a beaucoup beaucoup parlé… et puis l’histoire de cet avion dont les passagers reviennent avec un changement majeur/bouleversement dans leur vie, ça m’a plu (toute ressemblance avec la série Manifeste que j’avais commencé à regarder m’a semble frappante !). Au premier chapitre, je dois vous avouer m’être ennuyée. Au second et par la suite, ça allait mieux, et j’ai perçu le travail narratif et d’écriture. Pour autant, ça ne m’a pas séduite. Et j’ai trouvé ça plutôt plat (oui, je suis dure, désolée !) et j’ai trouvé ça curieux que l’académie Goncourt attribue un prix à ce genre de roman. J’ai – à un moment – cru sentir un peu de Barjavel dans l’idée (du roman de science-fiction) et puis au final, non… plutôt psy… puis je me suis perdue… j’ai décroché et quelque chose a manqué pour que cette lecture m’accroche vraiment… oui, au final, je l’avoue, je n’y ai pas réellement pris plaisir et ma déception est d’autant plus grande qu’avec l’ampleur de la communication autour et du prestige du prix, je visais « haut ». Il m’a sans doute manqué quelque chose, mais je cherche toujours quoi. Et je reste surprise par l’attribution du Goncourt. Si vous l’avez lu, je suis intéressée de connaître votre avis et votre analyse !

NB : désolée pour la photo, j’ai prêté le livre à quelqu’un et je ne l’ai plus sous la main, seule cette photo semi-cachée qui trainait dans mes messages envoyés à la personne à qui je l’ai laissé !

3 commentaires pour “[Lecture] L’anomalie, Hervé Le Tellier (prix Goncourt)”

  1. J’ai gardé un peu cette façon de choisir les livres, je marche à la recommandation (même si avec l’expérience je mentourne aussi vers des « classiques ») , je déteste ne pas finir un livre, mais quand je tombe sur un qui ne me plaît pas, je perds énormément de temps sur d’autres lectures, en lisant trop lentement que je m’appuie sur des valeurs sûres ou de longues recherches. Avec l’expérience toujours, j’ai des auteurs ou des types d’auteurs assez sûrs et comme je n’ai pas assez de temps je n’ai pas encore épuisé leurs écrits.
    Sortie de là, je retombe sur mes recommandations, alors en lisant ton article, autant te dire que je pense que je ne lirai pas.
    Je ne sais pas si tu pourras me répondre ça risquait de spoiler trop, en lisant le résumé puis ton ressenti, Est-ce que c’est une histoire du genre Identity ? Avec John Cusack ?
    Voilà je ne t’aide pas. D’ailleurs faut que j’achète le livre E Badinter dont tu m’as parlé. Là j’ai repris le Trône de fer, après une longue pause, ce n’est pas le même découpage en vo et français, mais je lis le 12, les 8 premiers tomes sont magistraux, les 2 et demi suivant bof et là ça redevient très bien, enfin de mon avis…
    J’adore tes articles littéraires, aussi

  2. J’ai pensé la même chose quand j’ai lu la critique : ça ressemble à Manifeste !
    Le dernier Goncourt que j’ai lu c’est « Chanson douce » de Leïla Slimani et je n’ai pas trouvé ça terrible

  3. Je ne l’ ai pas lu mais j’ en avais lu des critiques allant dans ton sens. Du coup, ça ne me tente pas du tout.
    Un Goncourt qui m’ est tombé des mains, c’ est celui d’ il y a un an ou deux, sur des ado de classe défavorisée, je n’ ai plus le nom.
    J’avais bien aimé «  Chanson douce «  mais vaut – il un prix ? Pas sûr. En fait, si nous reprenons la liste des Goncourt, la plupart des auteurs sont de nos jours des inconnus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *