[Lecture] Parce que vous ne m’avez pas tuée, de Sacha Isaïn

[Lecture] Parce que vous ne m’avez pas tuée, de Sacha Isaïn

En regardant la pile de livres qui trône sur ma table de chevet et les nombreux livres qui figurent sur ma Kindle, je me rends compte qu’il y a énormément de livres dont je ne vous ai pas parlé dernièrement : et pour cause… J’ai continué à lire tout autant qu’avant sans pour autant partager ici mes lectures… Alors avouons que certaines de ces lectures ne sont pas DU TOUT gaies, heureuses, joviales, etc…. car elles se réfèrent à la Seconde Guerre Mondiale et que c’est une période qui m’intéresse +++ et donc je lis beaucoup… et dernièrement, disons ces 4 derniers mois, de fil en aiguille, j’en ai lu pas mal, la lecture de l’un en entraînant la lecture du suivant… Aussi, il y a aura pas mal de lectures autour de ce thème prochainement (mais pas que, rassurez-vous !). [A posteriori, je me dis que j’aurai peut-être dû avoir des lectures plus gaies? Non, en fait, je ne pense pas, tant qu’elles m’enrichissent et m’apportent quelque chose, elles me font du bien !]

On commence aujourd’hui avec ce roman de Sacha Isaïn.

Synopsis- 4ème de couverture

La seule différence entre les rats et nous, c’était qu’eux étaient mieux nourris et moins sales… Ghetto de Varsovie, 1940. Une unité de la Waffen-SS fait irruption dans l’appartement d’une famille juive polonaise. Magdalena a quatorze ans et elle est cachée dans un placard. Un jeune soldat allemand la repère, ils échangent un long regard et il ne la dénonce pas. Après quelques heures d’angoisse, Magda ose enfin sortir de sa cachette. Elle découvre que ses parents ont été assassinés et que sa sœur, Alicja, quinze ans, a été enlevée. 1945. Secteur soviétique de Berlin. Magdalena a dix-neuf ans et elle a survécu à l’horreur du ghetto juif. Les nazis ont capitulé, mais pour elle, la guerre n’est pas encore terminée. Elle ne sera jamais en paix tant qu’elle n’aura pas retrouvé Alicja. Magda n’a aucun indice, aucune piste, mais elle a un plan imaginé et préparé depuis le jour où ses ennemis ont commis l’erreur de ne pas la tuer. Du sous-sol des archives des services du renseignement de l’US Army à Berlin en passant par la traque de criminels de guerre en fuite en Amérique du Sud, Magdalena n’abandonnera pas sa quête de sa sœur. Pour la porter dans son monde où le pardon n’existe pas, elle n’a que sa volonté et son devoir de mémoire. Cependant, la vie dans le ghetto l’a rendue forte et elle n’est pas du genre à baisser les bras. Sur le chemin de Magdalena, la solitaire, il y aura des étrangers qui ne pourront pas comprendre ce que ressent une rescapée du génocide juif. Devra-t-elle faire confiance à ces Américains qui lui tendent la main ? Et ce soldat qui ne voulait pas faire la guerre, pourrait-elle lui pardonner d’être un Allemand ? Quant à ce SS qui l’a épargnée, est-il quand même un bourreau ? Et puis, ce nouveau pays, Israël, que tant de juifs considèrent comme leur Terre Promise, elle qui a perdu la foi parce que Dieu l’a abandonnée, a-t-elle un devoir vis-à-vis de lui ? « Parce que vous ne m’avez pas tuée » est le dernier roman de Sacha Isaïn. A travers l’après seconde guerre mondiale, il vous emportera dans la conscience d’une jeune femme qui refuse d’être brisée et qui lutte contre l’oubli des siens. Vous la suivrez dans son combat pour retrouver sa sœur, une traque intense, dangereuse, parsemée d’ennemis, d’épreuves, de coups de feu et mais aussi de coups de cœur. Suspense, émotion et rebondissements sont les maîtres mots de ce roman, un polar pas tout à fait comme les autres.

Mon avis

Le début du roman commence comme beaucoup de films sur la Seconde Guerre Mondiale (j’ai regardé récemment La liste de Schindler et le Pianiste avec mes garçons, car c’est une période au programme de leurs années collège/lycée). On imagine bien ce que peut vivre Magda, le personnage principal du roman. On devine tout autant les horreurs qu’ont traversés les familles pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ici, le roman nous emmène dans une quête : celle de la soeur de Magda, Alicja. J’ai pris du plaisir à lire cette recherche, à travers le personnage très fort, qui a énormément de cran et de courage, de Magda. Certains pans du roman sont un peu « tirés » par les cheveux, mais finalement, quand on découvre certaines histoires vraies, dans d’autres livres (et j’en partagerai prochainement une avec vous !), on se rend compte qu’avec la guerre, tout fut possible, le pire, comme le meilleur, le plus invraisemblable aussi. J’avoue avoir versé ma petite larme à la fin et peut-être même voir été un peu déçue… j’aurai aimé… non, je ne vous dirai rien ! Peut-être une suite serait-elle possible? C’est en tout cas une belle histoire qui nous fait aussi voyager, à travers l’Europe, depuis Varsovie, vers l’Allemagne, puis vers les Etats-Unis, puis l’Amérique du Sud, avec la traque d’anciens nazis… et un retour sur le sol européen…. Une histoire romanesque, pleine de rebondissements, mais qui se lit facilement, qu’on n’a pas envie de lâcher. Les deux soeurs se retrouveront-elles après la guerre?

7 commentaires pour “[Lecture] Parce que vous ne m’avez pas tuée, de Sacha Isaïn”

  1. Je suis comme toi une grande lectrice ( l année dernière j ai lu une centaine de livres) ce genre de lecture (une partie de mon histoire personnelle) soulève tellement de choses en moi que je ne sais pas si j aurais le courage de le lire mais merci pour le partage

  2. Evidement je me le note! Mais j’évite en ce moment de lire quoi que ce soit sur la Pologne car je suis véritablement en manque comme je te le disait hier sur Facebook.
    Tout me rappelle ce pays en ce moment et je n’ai qu’une envie sauter dans un avion!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *