[Lecture] La vie secrète des écrivains, de Guillaume Musso

[Lecture] La vie secrète des écrivains, de Guillaume Musso

Comme chaque année à cette période (en avril, pour être exacte), Guillaume Musso sort un nouvel opus… que je me délecte généralement à lire pendant les vacances de Pâques. Cette année, j’ai acheté (en version Kindle) le dernier Guillaume Musso, la Vie secrète des écrivains et je l’ai emmené à Londres pendant nos vacances. Las, cette année, je n’ai pas lu pendant les vacances (première fois que ça m’arrive, mais les vacances étaient assez chargées en visite, etc… et le soir, je prenais moins le temps de lire que de rattraper l’actu du jour…

Bref. Donc j’avais toujours ce roman qui m’attendait tout près de moi le soir… et j’ai donc entamé cette lecture un soir de la semaine dernière et je l’ai terminé le WE dernier… j’ai eu l’impression que le livre était moins long que les précédents (je ne peux vous dire le nombre de pages sur Kindle, avec la version que j’ai, j’ai juste un % d’évolution au fur et à mesure de ma lecture…) (EDIT : vérification faite, 352 pages pour à peu près la même chose pour le précédent, La Jeune Fille et la Nuit).

Synopsis

En 1999, après avoir publié trois romans  devenus cultes, le célèbre écrivain Nathan  Fawles annonce qu’il arrête d’écrire et se retire  à Beaumont, une île sauvage et sublime au  large des côtes de la Méditerranée.

Automne 2018. Fawles n’a plus donné une  seule interview depuis vingt ans. Alors que ses  romans continuent de captiver les lecteurs,  Mathilde Monney, une jeune journaliste  suisse, débarque sur l’île, bien décidée à percer  son secret.

Le même jour, un corps de femme est  découvert sur une plage et l’île est bouclée par  les autorités. Commence alors entre Mathilde  et Nathan un dangereux face à face, où se  heurtent vérités occultées et mensonges  assumés, où se frôlent l’amour et la peur…

la vie secrete des ecrivains guillaume musso

Mon avis

Comme pour les autres romans, j’ai pris un réel plaisir à découvrir ce nouveau roman. J’ai bien aimé aussi découvrir à travers le personne de Raphaël Bataille et de Nathan Fawles l’avis sur les livres, la littérature, les écrivains et donc celui de Musso, qui ne s’en est pas caché – et je suis du même avis : Guillaume Musso (et d’autres) sont souvent « taclé » comme des écrivains « populaires » voire « pire », en disant que les livres qu’il écrit (lui et d’autres), ce n’est pas de la littérature. Et alors, ai-je envie de dire? Moi je prends du plaisir en lisant les romans de Musso et c’est bien là l’essentiel. Dénigrer un genre, un écrivain, un style alors que celui-ci vend à un large public, c’est – je trouve – dommage : peu importe la manière dont on accède à la lecture, peu importe la façon dont on la consomme et un lecteur de bandes dessinées n’a pas moins de « mérite » que celui qui lit des romans littéraires primés aux Goncourt ou que sais-je ou que ceux achetés sur le quai d’une gare et qui divertissent. Pour moi, tout livre a son intérêt et je savoure autant ce genre de lecture, divertissante, que d’autres, peut-être plus cérébrales…

Pour en revenir à ce dernier roman de Guillaume Musso, l’intrigue se situe une fois de plus dans le sud de la France, sur une hypothétique île qu’on imagine proche/jumelle de Porquerolles dans son esprit resté sauvage. On imagine aisément les paysages mais l’intrigue va basculer avec la découverte d’un meurtre et d’un « huis-clos » ou presque – forcé par un blocus qui met les personnages en face à face à la recherche d’une vérité enfouie depuis plusieurs années…. on croit toucher du doigt la vérité quand soudain, tout bascule. Efficace et bien mené, j’ai trouvé la lecture assez plaisante… elle m’a pourtant semblé assez courte, peut-être que l’intrigue monte progressivement et que tout s’accélère, ce qui donne cette sensation de « trop court »… mais encore une fois, une intrigue qui m’a bien plu !

Ah au fait, j’allais oublier …. j’ai bien aimé certains petits clins d’oeil d’écrivain, comme le questionnaire de Pivot, auquel se prête Nathan Fawles invité à Bouillon de Culture (et donc Guillaume Musso, on l’imagine ! )

Aux éditions Calmann-Levy ou en version numérique

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires pour “[Lecture] La vie secrète des écrivains, de Guillaume Musso”

    1. oui, Musso c’est vraiment une lecture sympa (mais décriée par beaucoup, qui estime que ce n’est pas de la « vraie » littérature… j’ai envie de dire : « eh alors »? si ça nous plait, ! Et moi j’aime beaucoup !

      1. bien sûr que l’essentiel est de lire quelque chose qui nous plaît !
        et puis « vraie » littérature qu’est ce que çà veut dire ?
        çà me fait penser à une bibliothécaire rencontrée l’année dernière qui ricanait bêtement parce que un certain enfant ne prenait que des mangas et que pour elle c’était de la roupie de 100 sonnets !

        1. Côté lecture, je ne suis pas fan des mangas, et j’avoue qu’à une époque, j’aurai eu tendance à « dénigrer » sans doute ce genre de lectures… et puis je me dis pourquoi pas… Mon fils adore et si ça peut l’aider à entrer dans la lecture…. cela dit, moi je n’accroche pas du tout !

  1. Lu et validé ! Je l’ai beaucoup aimé même si comme toi je trouve que c’était un peu trop vite lu…
    Et oui je suis d’accord avec toi et Musso, il n’y a pas hiérarchie dans la littérature : du roman de gare, à la chick lit, en passant par la BD, la philo ou les ouvrages scientifiques, l’essentiel c’est de prendre plaisir à la lecture et de transmettre ce goût à nos enfants… et aux adultes également 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *