Maquillage périmé = danger : la vérité est ailleurs?

Maquillage périmé = danger : la vérité est ailleurs?

Récemment, une publication scientifique britannique a fait un petit buzz dans les pages beauté de certains magazines féminins (notamment Elle) et agité la communauté des beauty-stas qui craignait carrément la septicémie (ahahaha, si, si j’vous jure c’est ici)… Il s’agit d’une étude qui, selon ces mêmes magazines, indique qu’il existe un danger MORTEL d’utiliser du maquillage périmé. MOR-TEL. Oui ! Commandé par une société britannique qui vend des cosmétiques – Escentual de son petit nom-  l’étude a « décortiqué » le maquillage périmé de plusieurs blogueuses britanniques qui se sont prêté au jeu de mettre à disposition des produits de beauté périmés… Cherchez pas, vous aussi vous en avez forcément chez vous, moi la première.

bactérie acné

Que dit l’étude? Que les chercheurs ont trouvé des bactéries potentiellement mortelles dans du rouge à lèvres, des glosses ou encore des fonds de teint. OK. Attendez, ne partez pas, voici le musée des horreurs qui grouille au fond de vos trousses de maquillage : Eubacterium responsables d’infections vaginales, Aeromonas, qui cause des gastro-entérites, Staphyloccocus epidermidis, une bactérie résistante aux antibiotiques, Propionibacterium responsable de certaines acnés, Enterobacter, responsables d’infections respiratoires ou urinaires…. Ouaip, rien que ça… Manquerait plus que le SRAS et la grippe A pour foutre un beau bordel dans notre salle de bain, non?

D’autant que le chercheur qui a fait l’étude nous dit que l’un des germes est potentiellement mortel et à l’origine de mort-subite chez le nouveau-né ! Brrrrr… Attendez, ne touchez plus rien ! On ne sait jamais…

pinceaux contaminés

Bon, on se calme, on respire un grand coup : je ne suis pas bactériologiste mais par mon travail (journaliste spécialisée en santé), je connais un peu le sujet et tout ça me paraissait un peu énorme : imaginez, une fois la date de péremption, hop, c’est foutu, fichu, trop tard et on va crever dans la flaque de notre mascara périmé….

Non, parce que déjà ces bactéries sont potentiellement mortelles, potentiellement. Pas systématiquement. Et surtout c’est qu’elles le sont chez des personnes fragilisées, des gens hospitalisés, déficients au niveau immunitaire, etc… donc pas le commun des jeunes et jolies filles qui utilisent du maquillage (un peu périmé).

maquillage

Et puis l’étude dit grosso modo que le maquillage périmé contient des bactéries potentiellement mortelles, et que ces bactéries provoquent certaines maladies graves : de là à dire qu’utiliser ces produits va entraîner la mort, il n’y a qu’un pas, rapide à franchir, mais heureusement, en réalité, ça ne se passe pas comme ça (exemple : la grippe A est potentiellement mortelle, surtout pour les femmes enceintes. Si une femme enceinte l’attrape, oulalala, panique. Bah non ! On peut aussi passer à travers ! (c’est du vécu pour moi !!)).

Bref… Néanmoins, le fait que certains magazines aient relayé cette info m’a un peu interpellé et j’ai « enquêté » de mon côté, car le sujet m’intéresse beaucoup (que voulez-vous, les bactéries, les virus et autres, c’est mon dada, ahahaha, chacun le sien !) et puis je sentais le traquenard…

J’ai donc interviewé un spécialiste en infectiologie (que je connais via mon travail de journaliste) et je lui ai demandé son avis de pro, et extérieur à l’étude… Y-a-t-il un vrai risque?

Sa réponse est sans appel (je m’en doutais aussi un peu) et je vous la résume ici : « le maquillage n’est pas stérile et utiliser des produits périmés, c’est sans doute s’exposer à des risques chimiques d’altération des composants de base beaucoup plus qu’un risque micro-biologique« . OK

Il m’a également confirmé que les bactéries retrouvées dans le maquillage était naturellement présent sur nous (vous le saviez-vous, qu’on abritait plein de bactéries? A ce sujet, je vous invite à attendre dimanche pour découvrir un livre excellent – mais pas chiant – sur le sujte). Donc ces bactéries existent bien et sur nous. Le risque existe effectivement si on est fragilisée (mais dans ce cas, à l’hôpital et en chambre stérile, je doute qu’on se maquille, hein?), si on est un nouveau-né et fragilisé (en néo-nat, mais dans ce cas, on est sous bulle), donc a priori, pas de souci.

 

????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Oui, mais quand même, je lui ai dit : « et si la bactérie arrive dans notre sang (une micro-coupure) et que c’est une bactérie très méchante, est-ce qu’elle va nous dévorer de l’intérieur? ». Même pas.

De même, je trouvais l’idée farfelue de choper une infection vaginale avec un rouge à lèvres porteur de la bactérie responsable de certaines infections… Bon, OK, sauf si vous vous maquillez d’autres lèvres (sic !) que celles de la bouche… Ahahaha…

En fait, selon ce professeur en infectiologie, il y a une confusion entre le fait que ces bactéries soient présentes dans notre maquillage (et c’est avéré) et le fait qu’elles vont forcément déclencher une infection grave voire la mort !

CQFD.

J’avais besoin d’écrire ce long article car j’en ai surtout marre de lire ou entendre parfois des études déformées, accentuées pour faire un (mauvais) buzz. On a déjà assez flippé à cause de la grippe A il y a quelques années, non?

Et puis surtout, gare aux raccourcis ! C’est hyper important de ne pas le faire, surtout quand on ne maîtrise pas le sujet ! En étant journaliste, on relaye une info confirmée, ça me semble primordial, essentiel…

conservation des cosmétiques

Cela dit, quelques petits rappels sur la conservation des produits de beauté (je vous ferai un article plus complet prochainement).

  • il y a une différence entre les produits secs (poudres, fards, etc…) et à base d’eau ou d’huile (rouge à lèvres, mascara, crème, etc…) : les bactéries ont besoin d’un terrain propice pour se reproduire… elles le feront plus facilement s’il y a à boire à proximité (les fonds de teint liquides sont plus à risque qu’une poudre)
  • on se fie à la PAO indiquée sur l’emballage,
  • en cas de doute, on jette
  • globalement, le mascara et l’eye-liner sont des produits fragiles au niveau conservation (c’est dû avant tout à leur conception et l’usage qu’on en fait), ils durent en moyenne 3/4 mois, parfois 6 mois sur certains produits…Une poudre peut durer jusqu’à trois ans…

Du bon sens : toujours se laver les mains (riez, mais c’est indispensable et encore si peu entré dans les moeurs), bien refermer les produits et les conserver correctement et nettoyez les pinceaux et autres cocons à bactéries (moi je le fais chaque jour après utilisation… oui, j’ai cinq minutes à perdre mais je n’utilise pas non plus un milliard de pinceaux ! )

Et enfin suivre son instinct, un peu beaucoup : si ça semble louche, si ça sent mauvais (signe de multiplication bactérienne), si un champignon (pas nucléaire) pousse dessus, pas de sentimentalisme sur ce magnifique fond de teint ou ce beau fard à paupières : on jette sans état d’âme ! Au pire, un bouton, une conjonctivite ou autre joyeuseté (un bouton de fièvre, oh oui, j’adore !), mais est-ce que ça vaut le coup ?

Au fait, je vous fais un gros bisou, qui, c’est évident sera rempli de vilaines bactéries, na !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

27 commentaires pour “Maquillage périmé = danger : la vérité est ailleurs?”

  1. ben ben ben ! si vous saviez des fois les « vieux trucs » que je retrouve et dont je me sers ( n’est ce pas clot ?) et pas de problèmes . par contre il faut bien nettoyer (ou jeter ) les pinceaux et éponges dès qu’ ils font le tete .

    1. c’est clair que parfois, on « traîne » de beaux produits plus longtemps que la date et ça n’en fait pas des bombes à retardement biologiques 🙂 heureusement ! il faut juste faire attention à certains produits…

  2. J’ai tendance à conserver des produits bien au-delà de leur péremption. Il faudrait que je sois un peu plus rigoureuse de ce point de vu là sinon ton article est plein de bon sens.

    1. ne t’inquiète pas, il y a de fortes chances qu’ils soient encore OK (bon, pour les mascaras, pas plus de 20 ans 🙂 j’déconne ! mais j’ai testé 8 mois sans souci !

  3. Ahhh merci pour cet article plein de bon sens ! Je suis infirmière et je bosse (entre autre) dans un labo, et il faut dire que la nouvelle très alarmiste a fait lever bien des sourcils d’exaspération dans mon entourage pro…. Sans doute ne faut il pas chercher plus loin quand on sait que l’étude est commandée par une entreprise de cosmétiques ! Si personne ne jette on vend moins CQFD 🙂
    Bises

  4. Un article qui met les points sur les i, voilà que ça tombe bien 😉 Et tu es bien documentée en plus, je suis vraiment ravie de l’avoir lu. Heureusement que je jette pas tous mes rouges périmés (tant que ça va, ça va), sinon je risque de pleurer des larmes de sang haha.

    1. jeter tout notre maquillage dès que la date est passé, argh, moi aussi, ça me ferait mal ! Et puis c’est un plaisir de voir de jolies choses, même si parfois on ne s’en sert plus !

  5. Ben ça arrange surement bien les grandes marques ce genre d’études à la con ! Parce que la consommatrice peureuse va ainsi jeter ses produits juste à la date et hop, être obligée d’en racheter, dis donc !
    Heureusement qu’il existe de vraies journalistes d’investigation 😉
    Bien sûr qu’il faut pas garder les produits pdt 5 ans, ni patouiller dedans avec les mains sales, cela va de soi ! (enfin oui, tu as raison, pas pour tout le monde !)

    1. ah, le côté journalisme d’investigation, qu’est ce que j’aimerai, mais hélas, je ne suis pas rattachée à des rédactions qui ont les budgets pour 🙁 mais j’adore quand je vois des enquêtes de ce genre 🙂 et effectivement ici, l’intérêt est dans les boites de cosmétiques qui vendent +++, mais faut pas non plus exagérer ! Tout le monde dépasse les dates, tout le monde ! Pas de beaucoup mais quand même !

    1. et puis je pense aussi qu’il faut avoir – dans les rédactions – un oeil critique et scientifique sur certaines questions : certes, c’est une déformation professionnelle, mais ce n’est pas toi qui me dira le contraire 🙂

      1. Ah ça c’est sûr ! LOL

        Malheureusement je trouve que de moins en moins de « journalistes » ( je mets des guillemets car certains s’auto-proclament journalistes alors qu’ils ne font que relayer des informations non vérifiées ) ont ce sens critique et cette capacité à se documenter pour tenter d’être le plus objectif possible dans leurs affirmations. Je trouve ça dommageable pour la profession.

        Et il va sans dire que cette « étude » va ééénorméééément arranger l’industrie cosmétique… En soi ce n’est pas bien grave, c’est juste que la méthode me déplaît. J’avais vu un superbe reportage sur Arte concernant les « études scientifiques » sur les qualités des régimes alimentaires, les qualités de telle ou telle molécule naturelle ou synthétique…C’était assez édifiant. Il est facile de manipuler les données pour en tirer le meilleur parti ( et donc FAIRE VENDRE un max ! )

  6. Le danger est à mon avis pour les crobes, au niveau des maquillages de parfumerie à l’air libre, creusés, sous la chaleur des lampes et touchés avec les doigts (sales) de 1000ers de personnes 😉
    cela dit, bien nettoyer ses pinceaux, les beauty blenders c’est essentiel (propreté de base) et jeter le make up inutilisé depuis longtemps (ça fait de la place, moi je donne avant)…
    bonne journée 🙂

    1. pour le maquillage qui est très vieux, mieux vaut jeter, sans remords ou garder juste pour le côté « collection, pour le reste, question de bon sens ! même si ça fait mal au coeur de jeter, mais bon… je ne suis pas hyper collectionneuse (et puis je n’aurai pas la place de tout garder ! )

  7. Anaconda VS Pythonodor ahah j’adore !
    Perso je jette tous les fonds de teint/crème en tube dès que je vois que le packaging est gonflé… Ca me fait complètement flipper donc hors de questions d’appliquer ça sur ma peau par la suite !
    Par contre, pour l’anecdote, j’ai offert une palette à ma meilleure amie il y a quelques années, elle l’adorait et ne voulait pas la jeter… sauf qu’elle a eu une conjonctivite à cause des fards à paupières trop vieux. Mais ça a été une bonne excuse pour moi pour lui offrir une nouvelle palette 😀

    1. toute une culture de films nanaresques en stock 🙂 LOL
      Sinon, pour la palette, effectivement, le risque, comme avec les mascaras, c’est la conjonctivite, pour le teint, un vilain bouton, mais en tout cas, rien de mortel, on est d’accord !
      Pour les produits teint, tu as raison de faire gaffe, moi je fais attention de ne pas entamer trop de produits à la fois, mais en maquillage, c’est tellement tentant d’en essayer que dans ce domaine, pfioouuu, difficile de ne pas céder !

  8. Bonjour.
    Voilà! Un peu de bon sens ne fait pas de mal.
    Mine de rien, ce genre d’informations balancées sans vérification solide a fait aussi que je me suis désintéressée de la presse féminine.
    C’est valable pour cette étude comme pour des tests produits …. que « le /la journaliste  » trouve génial sauf que par expérience , tu sais qu’a minima, il n’est pas top.
    Merci pour ce supplément d’informations 🙂

  9. J’en étais sûre! si on faisait analyser nos bas de pantalon et le dessous de sac à main, on découvrirait assez de bactéries pour décimer toute la population de Paris! Sans parler des combinés de téléphone ou des télécommandes dans les hôtels ! Merci pour cet éclairage!

  10. Ca me fait bien rire les gens qui s’affolent devant une crème ou un sérum, et qui à côté ne se lave pas les mains en sortant des toilettes ou bien ne prennent pas en compte les bactéries du quotidien (sac à mains, transport en commun, portes…) On vit pas dans une bulle et merci pour ton article qui remet un peu les pendules à l’heure 😀

    1. @Kinoko

      Tu as trop raison aucune mort liée à l’utilisation de cosmétiques périmés n’est à répertorier à ce jour alors que les bactéries véhiculées par les mains sales (dans la restauration, les hôpitaux etc..) sont responsables de nombreuses maladies et parfois même de décès.

  11. Les marques de make up veulent surtout nous faire croire ça pour qu’on rachète plus souvent!
    C’est pas nouveau qu’il y a des bactéries dans le maquillage c’est pour ça qu’on utilise des pinceaux souvent et qu’on les lave. Après tout dépend des produits, certains quand ils commencent à être périmés tu le vois tout de suite à l’odeur ou la texture, d’autres se gardent très bien.
    Sur mes naked je crois que c’est écrit que c’est périmé au bout d’un ou deux ans, sérieusement, même en se maquillant beaucoup des naked ça dure bien plus longtemps que ça, et vu le prix je vais pas les jeter au bout de quelques années!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *