MISCELLANÉES #11

MISCELLANÉES #11

Je suis assez contente d’avoir relancé cette « rubrique » sur mon blog qui me permet aussi de vous parler d’autres choses que de produits de beauté ou de livres ou alors plus brièvement…

Il y a exactement une semaine, j’me suis rendue aux urgences parce que j’avais un vilain kyste à la jambe qui s’était infecté… 🙁  J’ai subi ma première opération sous anesthésie générale… Le truc pas prévu pour un kyste qui avait mal tourné et qui s’était bien méchamment infecté au point que j’avais très mal en marchant. Et puis j’avais peur que l’infection ne se répande dans le sang. Pour vous dire, je suis très bien informée des choses de la santé, mais ça ne m’a pas empêchée de flipper ! Heureusement les choses se sont bien déroulées, j’ai eu un traitement antibio pour juguler tout cela et je n’ai plus mal sauf lors des soins infirmiers, tous les jours… Je vous remercie d’ailleurs pour vos petits messages ça et là 🙂 J’espère que la cicatrisation sera complète, c’est assez complexe mais j’espère que d’ici quelques mois, ça sera refermé…

livres

Cette semaine, j’ai beaucoup lu : rien de tel qu’un petit séjour aux urgences pour patienter longtemps et avoir dans son sac de quoi tuer le temps (j’avais bien fait d’emmener de quoi « tuer le temps »…). Je vous présenterai d’ailleurs demain l’une de ces lectures, elles m’ont vraiment enchantées. C’est toujours comme ça : si je tombe sur un roman qui me plait, j’ai plaisir à enchaîner les lectures, du même auteur ou non, alors que si je tombe sur une lecture qui m’a peu emballée, je traîne la patte et je ralentis le rythme ! En ce moment, je suis dans une bonne dynamique, ça tombe bien, j’ai une grosse pile d’ouvrages à découvrir et je continue de craquer pour de nouveaux livres au hasard d’un passage devant une librairie… ce besoin irrépressible d’acheter ce mystérieux ouvrage dont tout le monde vante les qualités…

Cette fresque figure sur la devanture d'un resto à Vilnius. Elle reprend le code du dessin sur le mur de Berlin réalisé par l'artiste peintre Dimitri Vrubel qui reprenait lui-même une photo du photo-journaliste français Régis Bossu

Cette fresque figure sur la devanture d’un resto à Vilnius. Elle reprend le code du dessin sur le mur de Berlin réalisé par l’artiste peintre Dimitri Vrubel qui reprenait lui-même une photo du photo-journaliste français Régis Bossu

J’ai aussi regardé un reportage sur Trump, un autre sur la liberté de la presse, la liberté d’opinion et je me demande bien ce que l’arrivée de cet homme à la tête d’un des états parmi les plus puissants va bien pouvoir donner. J’avais aussi vu un reportage sur Poutine (celui qui était passé un jour de décembre, présenté par Laurent Delahousse, je crois, Le Mystère Poutine…). Tout cela amène réflexion !

le jour d'après Paris

J’ai aussi été un peu agacée par les gens qui se plaignent du froid, abstraction faite, of course, des gens (par exemple dans le bâtiment) qui doivent travailler dehors et des SDF qui n’ont pas le choix. Il fait froid, c’est vrai, mais selon une info du Gorafi (j’adore !), c’est la saison la plus froide 🙂 Je vais parler comme une vieille : « de mon temps, il faisait froid l’hiver et on ne s’en plaignait pas, il neigeait même sans que ça ne surprenne quiconque ! ». Bref. Voilà : j’ai un toit, j’ai un lit, j’ai de quoi me nourrir et j’ai chaud. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Je suis toujours choquée de lire qu’en 2017, le futur, qu’on puisse encore être à la rue dans ces conditions. Je suis encore plus attristée de me dire que l’on reparle des SDF « seulement » quand il fait froid, aussi un peu quand il fait chaud et que le reste du temps, « on oublie » (on = les pouvoirs publics) comme une fatalité la situation.

sarrasin

Pour finir sur une note plus légère, parce que sinon, ce post va finir comme un coup de gueule, j’ai goûté le sarrasin en infusion grâce à un colis-surprise envoyé par Phytomer, avec dedans un sérum Phytomer à tester et des gourmandises au sarrasin dont une infusion à partir de soba-cha, du sarrasin japonais que j’ai littéralement adoré ! Un petit goût de grillé pas amer pour deux sous, avec un goût de noisette, miam !

Voilà : cet article est un vrai fourre-tout, mais c'est aussi son but : vous parler ici de tout ce qui n'entre pas "dans les cases" et qui me titille tout de même, la bavarde que je suis :)

Bisous

bisous

 

10 commentaires pour “MISCELLANÉES #11”

  1. Coucou.
    J’aime bien cette rubrique moi !
    Désolée de ne pas avoir pris de nouvelles mais la période est un peu speed en ce moment. Mais je l’avoue ça n’excuse rien.
    J’espère que tu retrouveras vite une jolie jambe et que la cicatrice ne te fera pas trop souffrir.
    Je t’embrasse.
    Julie

    1. pour retrouver une jolie jambe, faudrait que je coupe tout et que je m’en fasse greffer des autres LOL, tant pis, j’assume – difficilement – mais j’assume !

  2. Hello,
    Je reviens d’une petite promenade en forêt avec les chiennes. Je partage les mêmes pensées que toi concernant le nouveau président américain. Je me rappelle avoir eu un sentiment très mitigé à la réélection de Poutine. J’ai l’impression que les siècles se succèdent et qu’on retrouvera éternellement les mêmes abus de pouvoirs quelque soit les époques et leçons de l’histoire.
    Malgré cela, je trouve de plus en plus de personnes réfléchies et « acteurs » de leur vie qui se prennent en main en faisant des choix de consommation ou autre plutôt que de rejeter la faute sans cesse sur autrui.
    C’est un début…

  3. coucou, je ne peux pas te laisser dire que les pouvoirs publics oublient les gens dehors quand il fait beau. Davantage de places sont ouvertes dans les CHRS en période de froid, des nuitées d’hôtel supplémentaires sont également payées par l’Etat, c’est vrai. Mais ces structures fonctionnent H24, 365 jours par an. D’autres dispositifs d’insertion et de retour au logement social et digne existent : on peut déposer un dossier aupres de la préfecture ou des sous-préfectures pour bénéficier du dispositif « contingent préfectoral » dans le Pas de Calais, pour le Nord c’est la DDCS qui gère. Cela permet d’identifier et surtout aider le relogement des personnes du PDALHPD ( plan départemental d’aide au logement et à l’hébergement du public défavorisé, en gros : personnes sans logement, hébergées chez des tiers, ou en centre d’hébergement ou résidence sociale, ou logées en logement indigne ou indécent, sur-occupation, handicap, menacées d’expulsion) Si le relogement traine encore à se faire, il existe le recours DALO.
    Mais soyons honnêtes, certains publics ne sont pas relogeables en collectif ( appt ) dit PLAI ( un logement social à caractère TRES social, pour faire simple revenu modeste + problème social ( trouble du voisinage et critères du PDALPD) Certains sont tellement dé-socialisés, marginalisés que même le passage en résidence sociale avec des travailleurs sociaux à leur côté abouti à un échec. Juste respecter un règlement intérieur et les autres locataires ou les travailleurs sociaux n’est pas possible… Je ne parle pas des « pro » de la dette de loyer qui eux sont connus des bailleurs publics et donc grillés par tous les dispositifs…
    C’est plus compliqué que ça le relogement.
    Par contre c’est sur, on parle moins des SDF l’été. Mais qui en parle moins ? Les journalistes.
    Les services publics font leur boulot, même l’été.
    Je te rejoins par contre sur l’ineptie du moment  » l’hiver il fait froid ».
    Mais peut être que les gens sont de plus en plus cons et qu’il faut leur rappeler de mettre un bonnet l’hiver. Le bon sens s’est perdu il y a bien longtemps…

    1. j’imagine bien que tout ça est très compliqué, mais en tant que citoyen lambda, on s’interroge quand même, de savoir pourquoi c’est si compliqué que ça d’offrir un toit à tout le monde 🙁

  4. Bon courage !
    on a eu deux/trois hivers doux, et beaucoup ont déjà oublié les hivers rudes qui les ont précédés !
    je te souhaite d’aller mieux très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *