Miscellanées #52

Miscellanées #52

Plus de 30°C à Anchorage (Alaska) c’est-à-dire plus chaud qu’à Lille aujourd’hui-même…. Typhon de folie au Japon ou 1 million (oui, un million !!) de personnes ont été déplacées (oh, c’est pas grave, c’est loin, on ne s’en rend pas compte…. Bah imaginez 1 million de personnes déplacées ici en France, vous visualisez mieux?)…. Deux mètres de grêle (deux mètres de haut, deux mètres d’épaisseur, vous seriez ensevelies dessous !) qui tombent au Mexique à Guadalajara (avec des T° extérieures de saison – 30°C),  des températures de l’eau quasi tropicales dans le sud de la France (mon frère m’a dit que par endroit la mer est à 28°C (oui, oui 28°C, ce qui est « remarquable » dans le « mauvais sens » – ce sont des T° normalement observées au large de l’Egypte ou de la Côte d’Ivoire au plus chaud de la saison !), chaleur caniculaire en France (on était quand même pas loin des 50°C, non mais rendez-vous compte, quasiment 46°C, c’est énorme pour un mois de juin, que dis-je énormissime !), épisode d’intense chaleur en Inde, avec des T°>50°C (allumez votre four au minimum et vous verrez ce que ça représente, imaginez 50°C à l’ombre, imaginez alors au soleil, c’est inhumain et on cuit !)
La Terre depuis la Lune (photo prise par la mission Apollo 8)

La Terre depuis la Lune (photo prise par la mission Apollo 8)

Non mais FRANCHEMENT, quand tout ça, ça va s’arrêter? Bah je ne suis pas climatologue, mais j’écoute beaucoup et je crois que tout ça ne sont que le prémices d’une crise globale profonde….
Je n’en parle jamais ici sur le blog, mais c’est quelque chose qui me tient à coeur…. j’avais fait jusqu’alors le choix de ne pas évoquer ce sujet parce que – à la base –  je ne parlais que de sujets futiles (beauté) et qu’en plus, je trouvais que cela relevait de la sphère privée (tout comme je n’exprime jamais mon point de vue politique – j’ai un avis, mais il me regarde !).
Sauf que les choses bougent et en ce qui concerne l’écologie, j’ai envie de partager davantage, car on est toutes et tous concernés et qu’on peut toujours s’améliorer.
Il faut changer, mais tout un chacun reste dans son coin, sur ses positions et la plupart de ceux qui pourraient opérer un changement ne le font pas pour une histoire de fric : on continue de détruire, acheter, consommer, à OUTRANCE…. quand ça va s’arrêter? On a le pouvoir d’arrêter tout ça, du moins de ralentir les choses : à notre petite échelle, nous tous, en agissant sur des choses simples, en faisant des efforts (chacun où il peut, personne n’est parfait), mais aussi en essayant de faire changer les choses en nous exprimant…. 
Je ne sais pas si vous connaissez Aurélien Barrau : il est astrophysicien, c’est lui qui a lancé un appel dans le journal le Monde début septembre 2018 en publiant une tribune en forme de signal d’alarme pour l’écologie. Je l’ai découvert à l’occasion. Ne pensez pas que son allure cache un gourou (si vous ne l’avez jamais vu, je vous laisse googliser son patronyme pour découvrir de qui il s’agit – sinon, à la fin de l’article, je relaye une vidéo où il apparait !), ce n’est pas du tout le cas. Je le suis depuis sur Youtube (il a une chaîne où il relaye ses interventions, mais pas que…). Ce mec, c’est ce que j’appelle « une tronche » : brillant, intelligent, clair, net et sans bavure. On l’écoute, c’est intelligent, et pourtant pas incompréhensible… Chaque mot est pesé, et je suis à 200% d’accord avec son constat. Même si je n’ai pas les mêmes opinions que lui sur tout, mais j’évolue (il est vegan, ce qui n’est pas mon cas, mais je suis assez d’accord avec lui sur ce qu’on inflige aux animaux qui n’est plus possible !).
Je vous invite à aller jeter un oeil à sa chaine Youtube (je vous mettrai le lien en fin d’article) (si vous devez suivre quelqu’un sur Youtube, c’est lui le youtubeur à la mode – je plaisante à peine, mais c’est surtout qu’il est un peu comme un lanceur d’alerte mais ne veut plus se mettre en avant…. tout le monde va dire « on a assez vu sa tronche », « il est catastrophiste », « il est décroissant », etc… Benh, non, en vrai, il dit les choses vraies.
Hélas, on sait toutes et tous qu’opérer un changement c’est difficile : personnellement, même si j’adhère totalement à son point de vue, je suis loin d’être exemplaire.
Je suis bien consciente que ce qui est infligé aux animaux à cause de l’élevage n’est plus possible, mais a contrario, j’aime trop le fromage pour devenir vegan (c’est complètement con, ce que je dis, hein?). Ne plus manger de viande ne serait pas un problème pour moi et sans avoir jamais été une grosse mangeuse de viande, j’en mange encore moins aujourd’hui…
Côté consommation, nous sommes 5 à la maison, c’est évident qu’on consomme. Mais j’essaye, autant que faire se peut, de réduire là où l’on peut, notre impact. Par exemple, plus de bouteilles plastiques, ou du moins réduites à une portion congrue : on boit l’eau du robinet depuis un moment, je ne la filtre même plus. De toutes façons, il y a des gens qui n’ont même pas l’eau potable… et nous, on pisse dedans, au sens propre ! Je ne la filtre plus, on s’est habitué au goût. L’eau gazeuse? On en boit moins et j’ai acheté un système pour « produire » en direct selon nos besoins (oui, le fameux truc qui commence par Soda et finit par Stream, ça marche assez bien. On achète des sirops pour les boissons sucrées des enfants, plus de sodas (sauf parfois quand on a des invités), moins de déchets (et croyez-moi, je le vois aussi au niveau de la poubelle car il faut dire qu’en terme de déchets, les bouteilles plastiques, c’est plus possible ! ).
Pour le reste, on continue nos efforts sur la consommation de papier (pas trop d’impression – ça reste un poste où avec mon métier j’ai encore besoin d’imprimer un peu), recto/verso, deux pages en une, moins d’encre (j’ai une laser)… On n’a jamais laisser couler un robinet en se brossant les dents, je répète sans cesse aux enfants de ne pas prendre de douches trop longues (ce que je suis chiante en tant que mère !), pas plus qu’on ne laisse toutes les lumières allumées derrière nous (et on bataille pour éduquer les enfants, c’est long !). On consomme si possible en vrac pour réduire l’impact des emballages (ce fléau !), mais je dois dire que c’est compliqué, car comme beaucoup, on consomme et quand on consomme, on a des emballages (bien sûr, j’ai toujours des tote bag pour les courses, je refuse les plastiques chez les commerçants (tant et si bien que ça devient difficile d’en trouver quand on en a besoin….)
Je pourrais continuer tant la liste est longue (je vous ferai peut-être un petit article à ce sujet), mais ça n’a pas vocation à montrer ce que je fais de bien… car dans l’autre sens, la liste est longue également… on pourrait clairement faire mieux ce qu’on ne fait pas bien (bienvenue dans le monde des évidences !). C’est sûr ! Je réfléchis assez souvent sur ce qu’on pourrait améliorer, sans pour autant, je le sais, arriver à une démarche carrément vertueuse, idéale, etc… Le zéro déchet – avoir l’équivalent de mes poubelles dans un petit pot en une année – comme j’ai pu le voir chez certaines personnes, je salue l’effort, mais c’est pas pour nous. Mais on s’améliore.
IMG_1651
Photos du mouvement « Extinction Rebellion », qui manifestait lors de notre séjour à Londres en avril… (les mêmes qui ont été gazés par les forces de l’Ordre à Paris cette semaine lors d’une manif’ pacifiste)
IMG_1652
Cet article est très très long et je n’ai pourtant dit qu’un pouillème de ce que j’ai dans la tête  … je ne sais pas si vous le lirez (s’attend-on à lire ce genre de sujet sur un blog « bien-être »… Moi je dis oui… mais je n’ai pas envie d’être ni catastrophiste, ni même culpabilisante, j’ai juste envie de dire ce que j’ai sur le coeur et d’écrire sur ce que l’on est en train de vivre (parce qu’on vit en vase clos, ce que l’on inflige en consommant, on le rend à notre planète qui nous héberge). Elle, est survivra. Nous, on verra.
Ce qui est sûr – enfin, moi j’en suis convaincue – c’est que nous sommes réellement à l’aube d’un gros changement dans l’histoire de l’Humanité, celle avec un grand H. Je vois les consciences changer, même si certains continuent aveuglément (ou devrais-je dire inconsciemment et impunément) à rester dans leur zone que je ne qualifierai plus seulement de confort mais d’égoïsme. Mais l’Homme est fait ainsi… Il faut continuer les efforts, tout n’est pas perdu, j’en suis convaincue, mais une chose est sûre, ça ne peut qu’infléchir, le système est à bout de souffle…
Si ce long monologue vous « parle », comment de votre côté vous voyez les choses? Fataliste? Optimiste? Jemenfoustiste? Qu’est ce qu’on peut changer? Est-ce que ça se passe uniquement dans les urnes?

POUR INFO

  • Le mouvement Extinction Rebellion dont je parle au milieu de l’article. Un mouvement apolitique, pacifiste de désobéissance civile… Je vous laisse en prendre connaissance
  • Pour info : la chaine Youtube d’Aurélien Barrau
  • Une vidéo d’une heure à écouter qui résume ce qu’il pense (si vous avez du temps)

  • Une vidéo plus courte si vous n’avez pas le temps (c’est clair, parfaitement limpide, vous ne trouvez pas? Comment peut-on contester ?)

  • Et il a sorti aussi un livre (8€, sur papier recyclé)… que je me réserve pour cet été… (et dont je vous reparlerai, of course !)
aurelien barrau plus grand defi humanite
Rendez-vous sur Hellocoton !

26 commentaires pour “Miscellanées #52”

  1. Je suis d’accord avec toi. Je pense réellement qu’il est temps de changer beaucoup de choses si on ne veut pas avoir le regretter dans quelques années. Mais pas que au niveau du climat. Egalement la société, le monde du travail, le pouvoir de l’argent….. le boulot est ardu !
    A mon échelle, je fais plein de petites choses et j’encourage beaucoup mon entourage à les faire aussi. Non, je n’arriverais sûrement jamais à un petit bocal de déchets (et en vrai, j’y crois pas trop à ce truc, c’est du marketing ! ), mais je réduits tout de plus en plus. Et si on fait tous des gestes, ça va améliorer les choses.
    Et il faut sanctionner très fortement les indélicatesses (du déchets jeté par la vitre de la voiture aux entreprises qui déversent dans les rivières l’air de rien). Par contre, il faut arrêter de faire de l’écologie punitive (les taxes et obligations infaisables en tous genres), car cela dégoute les gens et les incite à détester l’écologie.

    1. tout à fait d’accord avec ton approche, on devrait plus toucher « au porte monnaie » je suis sûre que çà fonctionnerait bien mieux (comme à chaque fois d’ailleurs !) mais l’écologie punitive effectivement n’est sûrement pas une piste « valable » enfin à mon humble avis bien sûr !

    2. Je ne crois pas non plus en l’écologie punitive (d’ailleurs, dès que ça touche au porte monnaie, c’est une mauvaise idée, les gens sont trop rétifs aux changements !) mais il faut éduquer, répéter, informer, etc… alors je me dis que même si c’est modeste, de mon côté, j’ai envie de le faire… quand je vois certains ne pas se comporter de manière « propre », j’essaye d’éduquer ! Patiemment, gentiment, mais ce n’est pas toujours facile !

  2. Vélo,
    Je connaissais déjà Aurélien Barrau. Je suis d’accord sur une partie de son discours. Forcément ! Car il serait inconscient de penser autrement si on s’intéresse un tant soit peu à notre environnement. Néanmoins la nature a toujours su rebondir et se métamorphoser face au changement climatique. Je n’ai pas envie d’être trop alarmiste. Néanmoins je suis d’accord sur l’éveil des consciences et sur nos actions communes pour participer à l’amélioration des choses.

    1. La nature survira et trouvera un chemin, c’est certain ! Mais nous, nous sommes sans doute à l’aube d’un changement aussi, c’est nécessaire !

  3. Plutôt ras-le-bol que les médias nous lavent le cerveau avec ça et apparemment ça fonctionne. Ce n’est pas nouveau, sauf qu’aujourd’hui avec internet les infos circulent. C’est politique, pour mieux nous taxer surtout.

    Et la canicule de 1911, durée 70 JOURS à Paris, on en parle ???

    1. justement, ce sont les médias qui ont ressorti cette histoire de canicule de 1911. Les épisodes se rapprochent de plus en plus, mais ont commencé il y a un moment, tout s’accélère, hélas ! Que ce soit politique, pour mieux nous taxer, je ne pense pas, sinon, je crois qu’on n’en serait pas là aujourd’hui… c’est dommage de refuser d’entendre un point de vue que plus personne ne peut contester sur la base de faits… je comprends que le changement est difficile, je comprends aussi que beaucoup pensent que c’est compliqué quand on a déjà du mal à vivre correctement, mais je pense sincèrement que justement, tout ceci passe par une entière remise à plat du système et une redistribution des richesses, on a été trop loin dans tout, idem dans la consommation, on ne peut pas continuer ainsi…

  4. Excellent article, tout à fait à sa place sur un blog de qualité comme le tien. J’ai le même sentiment d’urgence : notre mode de vie actuel est menacé parce qu’il n’est pas viable à l’échelle de la planète… A la maison, nous faisons de notre mieux pour limiter notre impact carbone et les enfants l’ont totalement intégré. Mais comment ne pas être pessimiste lorsque beaucoup (trop…) de gens privilégient leur confort égoïste et pratiquent la politique de l’autruche… Je suis une auditrice et lectrice d’Aurélien Barreau, moi aussi. Convaincue par son discours sans partager toutes ses opinions, je pense qu’il faut des « aiguillons » comme lui pour éveiller les consciences. Même chez ceux qu’il exaspère, ses arguments laissent des traces dont on peut espérer qu’elles seront à l’origine de comportements plus écologiquement durables. Pour clore ce long commentaire, je n’ai plus l’envie de croire que la solution passera par les urnes. Les responsabilités économiques et politiques semblent créer un filtre très efficace contre la nécessité de changer nos modes de consommation.
    Je te souhaite un bon week-end, à profiter des beautés de la nature qui elle, survivra à long terme. Carpe diem !

    1. pour ce qui est des urnes, je pense, comme Aurélien Barrau qu’il faut que cela vienne des politiques, qui sont là, quand même, pour nous « gouverner », c’est à dire, orienter notre façon de faire, en bonne « intelligence », mais c’est compliqué, le changement, de part et d’autre (de la part des politiques, de la part des citoyens !)

  5. Je pense aussi qu’on va droit dans le mur mais que peu s’en soucie ! Mais je ne baisse pas les bras pour autant, ce n’est que le début d’une nouvelle façon d’être et de consommer, etc!

  6. Merci d´avoir publié cet article.
    J´ai surtout pris conscience de tout cela en ayant un enfant et me rendant compte de tout ce qu´on cherche à nous vendre par ce biais.
    Je suis contre le marketing, la surconsommation, le plastique omniprésent, le gâchis perpétuel, résoudre ses pbs psycho par l´achat encore et encore d´objets.
    Pour mon fils, je ne prends QUE de la récup.
    Il ne s´en porte pas plus mal.
    Ses playmobiles datent de 1974 et 1961 pour un des bonhommes et franchement, je trouve cela super!
    Je n´achète aucun vêtement neuf, je ne fais pas de shopping en fait… Je déteste cela.
    J´utilise l´application too good to go pour acquérir des paniers de fruits et légumes bio ou du pain bio de fin de journée.

    En revanche, je voyage… Moins qu´avant mais quand même… Beaucoup de train mais une fois par an, c´est avion…

    1. j’aimerai bien en être au même niveau que toi sur la consommation ! J’ai beaucoup de progrès à faire ! Petit à petit…. et pour l’avion, j’ai lu un article là dessus et ça m’a conforté dans mon idée de voyager là où l’on a encore des choses à découvrir, pas forcément trop loin !

  7. Un podcast m´avait marqué mais là, d´un coup, je me demande si je l´ai rêvé…
    La personne disait qu´il était déjà trop tard et qu´on allait droit ds le mur depuis des décennies et que surtout, les efforts fournis en Europe étaient ridicules comparés aux montagnes de déchets produites aux US, en Chine etc…

  8. Bonjour,

    Je mange plus de viande et ni lait (je suis passé, après des test à la boisson de riz), je deviens minimaliste en objet (pleins sont partis ailleurs) en vêtement/chaussure : j’achète moins et dans des marques respectueuse de l’animal et de l(homme (prix normal pour son travail). Pour les produits soins/beauté je suis partis sur du solide (shampoing, savon …) je cherche encore le dentifrice. Idem pour les soins (sérum, crème..) je cherche du vegan et non-testé sur les animaux (y a du progrès mais c’est pas encore ça).

    Je fais de mon mieux. Dans les moments bas, je me dis que la terre serait mieux sans nous, dans les bons moments, je vois les progrès…

    Bye.

    1. Pour le lait, je suis aussi passée au lait végétal (avoine pour ma part et amande) et pour la viande, j’ai réduit (même si à la base, je n’étais pas une grosse consommatrice)… et du coup, à la maison, on a globalement réduit vu que c’est moi qui fait les courses ! Pour les achats, j’essaye aussi de réduire la consommation…. Côté beauté, j’ai encore une bonne marge de progression : de mon côté, j’ai testé les shampooing solide, je n’ai pas aimé, et pour le reste, je vais tenter de revenir aux savons quand j’aurai écoulé les gels douches que j’ai en stock ! pour les crèmes, en vegan, je t’avouerai ne pas être spécialisée, mais elles existent…
      En tout cas, chacun fait sa part là où il peut, c’est bien ! si tout le monde faisait au moins ça !

      1. Pour les shampoings solide, je prends ceux de LUSH. Pas toujours top sur les ingrédients si j’ai bien compris mais pas testé sur animaux. Et celui que j’utilise me va bien.

  9. Merci pour cet article qui a tout à fait sa place sur ton blog, j’aime bien la diversité de ce que tu proposes !
    Concernant cette thématique, il y a tellement de choses à dire, à faire, on en est au tout début, et tout reste à inventer ! Mais il y a encore beaucoup de travail pour expliquer, éduquer, ça n’est pas simple ! Je connais Aurélien Barrau qui est très éloquent lorsqu’il s’exprime, c’est agréable de voir des gens « intelligents » parler simplement mis si clairement ! Espérons qu’il soit entendu, lui et nous tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *