On s’habille/on se maquille pour…. ?

On s’habille/on se maquille pour…. ?

Un article d’une grande importance aujourd’hui (comme tous mes articles, ahahaha, autodérison…) avec une question d’actualité.

Il parait qu’avec le télé-travail, « on » (comprenez, vous, moi, tout le monde) avait pris l’habitude de passer nos journées en mode jogging ou tenue décontractée et qu’on (toujours le même « on ») en a marre. Et c’est Marie-Claire qui l’écrit, citant une créatrice, Diane Ducasse. Je cite : « beaucoup de mes clientes me disent qu’elles n’en peuvent plus de télétravailler en jogging à la maison et n’ont qu’une envie : remettre un blazer, se maquiller et se coiffer pour aller au bureau » (cf. capture d’écran de l’article ci-dessous). Petit chat…

Ce qui m’a fait réagir, à plusieurs égards : je ne dois pas être comme tout le monde. Peut-être. C’est pas du snobisme, hein… mais perso, je travaille à la maison depuis des années (ça se compte en une décennie et demi et même plus !) et je partage mon temps entre mon bureau et des déplacements. Déplacements totalement abolis avec la crise sanitaire. Bref. Mais j’ai toujours choisi de m’habiller « comme si » j’allais au boulot. Alors certes, je n’ai pas une panoplie type « tailleur escarpin » dans mon métier et j’ai la chance de pouvoir m’habiller comme je veux (les journalistes n’ont pas de panoplie vestimentaire…) mais j’aime bien être « bien habillée. » Comprenez « normalement ». Le côté jogging, c’est pour le sport. Tout au plus, je me suis accordée le week-end dernier un legging douillet pour trier, ranger et nettoyer (dressing et salle de bain), mais même en bossant à la maison, je m’habille et je me maquille un peu.

En théorie, j’pourrais bosser dans cette tenue…

J’ai pris cette habitude dès que j’ai travaillé à la maison : travailler, ça veut dire se lever, se préparer (et avant ou après prendre son petit déj), s’occuper des enfants, les déposer à l’école (éventuellement) pour ensuite arriver au bureau. Alors que mon bureau soit chez moi ou ailleurs, ça ne change rien pour moi, j’ai « besoin » de m’habiller et de me pomponner un peu pour me sentir bien. Comme pour pousser l’estime de soi dans ses retranchements et être bien dans ses pompes (bon, là, j’avoue une concession : chez moi, je suis quasi tout le temps en chaussons 🙂 Seule concession à « mon look de télé-travailleuse », travailleuse indépendante (que je ne suis pas réellement, je suis salariée), journaliste pigiste, etc….

Oui, j’avoue que l’hiver, il m’arrive de porter ce genre de choses sous mon bureau, petite concession à mon confort et ma frilosité

J’ai besoin d’un moteur pour être au travail : et ce moteur, c’est ça. Etre différente de mon réveil : le cheveu (fin) en pagaille, le pyjama à pois (ou en pilou prochainement avec les T° qui diminuent), le visage au naturel avec des sourcils trop fins à mon goût. J’ai donc besoin d’une petite « mise en beauté ». Cheveux du mieux que je peux (contrainte du cheveu fin, on connait !), teint fait, sourcils faits. Et on va dire basta. Mascara et rouge à lèvres, si je sors. Côté fringues, pareil, je m’habille « normalement » : un jean, un chemisier ou un pull et une jupe, une robe, j’ai le choix, pas de contraintes et c’est un plaisir. Et accessoirisée, la tenue, s’il vous plait : j’adore les bijoux, et là, cette année, je mise aussi sur les foulards 🙂 Et of course, le sac à mains, que je change au gré de mes envies et de mes besoins (en ce moment, je sors pas mal avec mon sac « Splendist« , car j’adore son imprimé « pied de poule » et sa praticité (grand juste comme il faut pour tout mon bordel boulot)

Alors je me dis que oui, le confinement, le télétravail, ça a sans doute allégé l’esprit de certaines femmes, qui ont des contraintes en terme de boulot, pour être « apprêtée », mais moi, que je sois au boulot, ou pas, je sous toujours la même, visuellement parlant : mais je trouvais absurde cet phrase citée en début d’article de femmes « qui n’en peuvent plus de télétravailler en jogging« . Mais qui les empêchent d’être dans la même tenue qu’au boulot? Une jupe et un chemisier, c’est pas une contrainte? On peut laisser tomber le blazer, les escarpins, soit, mais pour le reste? Au final, on s’habille, se maquille, pour qui? C’est la question que je me posais. On est certes « un peu en représentation » dans le milieu du travail, la société, mais pourquoi ne pas se faire avant tout plaisir à soi.

Perso, je me maquille avant tout pour moi, me sentir bien, recevoir une image de moi qui me plait, pour mes proches un peu (pour un enfant, je pense qu’il est important aussi de lui donner une image de quelqu’un qui prend soin de soi), et pareil pour les vêtements : alors certes, je le répète, je porte ce que je veux, même si on pourrait penser que par le métier de journaliste, on est en représentation, mais bon, on s’habille comme on veut, comme on se sent bien surtout. Le meilleur « uniforme » c’est celui qui nous met à l’aise, côté maquillage et côté fringues (ce mot me semble parfois « péjoratif »…). BREF. Vous voyez? Je pense que certaines femmes trouveraient sans doute « too much » de se maquiller pour rester chez soi : peut-être, mais tout dépend de la manière de se maquiller, ici, ce n’est pas un maquillage de shooting, hein, et surtout pour qui on le fait et surtout pourquoi?

(c) Louize and Co – tous les matins, je passe par les mains de MA maquilleuse pour bosser en télétravail, ahahahaa 🙂

Vous en pensez quoi?

* [Après relecture de cet article, je me demande si l’article de base de Marie-Claire n’était pas trop marqué d’une empreinte de « parisianisme » aigü… Les choses sont peut-être différentes entre Paris et la province? Tout dépend des métiers (ça je l’ai déjà dit)]. Alors, votre avis?

6 commentaires pour “On s’habille/on se maquille pour…. ?”

  1. Hello,
    Je partage ton sentiment. Faut faire les choses principalement pour soi. Et il doit sans doute avoir un peu de différence entre la Province et Paris mais cela reste avant tout pour moi du bien-être de s’habiller pour plaire à soi et ensuite aux autres.

  2. Effectivement à part pour l’uniforme que tu peux laisser tomber si tu restes derrière un ordi (encore que quand tu as un uniforme, c’est que tu fais un métier qui n’est pas faisable en télétravail (ou pas ?) ) , bosser à la maison ne t’oblige à rien.
    Perso, je suis nounou (oui je préfère à ass mat) et ma tenue doit coller avec mon activité (me rouler par terre, résister aux projections ^^ )
    En réalité, je m’habille comme quand j’étais RH dans un milieu très masculin et musclé. C’est à dire que je m’habille joli et confortable (adapté à mes goûts).
    Limite je sors plus souvent la petite robe à la maison !
    Mais c’est grave si je rêve d’avoir un beau jogging et surtout que dans ma wishlist c’est un pyjama dont je rêve ?
    Pour le maquillage, je ne me maquille quasiment jamais, mais rien à voir avec les confinements.
    Les cheveux c’est l’inverse, je ne m’en suis jamais aussi bien occupé que depuis le covid, avant c’était shampoing/séchage vite fait, maintenant ils ont droit à de l’huile ou de la crème, des shampoings plus espacés, du séchage naturel. Je fais tout à l’envers ^^

  3. Hello je partage ton point de vue à 200% Je pense que le fait qu’on soit en « télétravail » depuis plus de 10 ans influe aussi beaucoup par rapport à celles qui ont découvert ce mode de travail contraintes et forcées !
    Moi c’était un choix et je m’habille et me maquille de la même façon aujourd’hui que quand j’allais en entreprise… Bon j’avoue il y a des jours où je traine un peu plus longtemps en pyjama que d’autres et je suis toujours pieds nus 😉
    Et oui cette article est très bobo parisianiste :p
    Bises

  4. Je suis ass mat , donc je bosse à la maison. Je mets d’autant plus un point d’honneur à me plaire . Il est hors de question que parce que je suis chez moi, je ne sois pas apprêtée comme il me semble bon. Jamais mis de survet, jamais sorti sans maquillage , je ne me plais pas sans Make up. Oui je fais mes sourcils , je sors la robe quand j’ai envie . J’évite les talons avec les petits , quoique ça m’arrive si c’est pas pour le jardin , la forêt …
    Et autant dire que le covid n’a rien changé à cela , parce que le confinement pour moi , c’était 2 fois plus de boulot

  5. Hello ! De mon côté, je n’ai rien changé à mes habitudes de soin pendant le confinement : routine identique, minimaliste et sans maquillage. Comme tu le dis, on se maquille (ou pas) pour soi, et je m’aime mieux sans maquillage qu’avec. A 20 ans, je me sentais obligée, mais plus maintenant.
    Côté vêtements, je mettais des habits de maison plus confortables que ceux adoptés quand je vais à mon travail (dont des joggings ou leggings, effectivement) : ce qui ne me serrerait pas à la taille car en présentiel, je travaille debout, m’aurait gênée quand j’étais devant mon ordinateur de 8h à 23h00 avec pour seules pauses les repas, que je ne prenais assise, évidemment. Et aux pieds, de quoi me tenir chaud : je gèle, sinon, quand je reste immobile.

  6. Je n’ai pas de survêtement ni de jogging alors… comme j’étais avec mon mari je suis restée plus ou moins maquillée ; j’aime ça me faire les yeux ! je n’ai simplement pas mis beaucoup de veste de tailleur mais c’était surtout parce que pour faire le déjeuner ce n’est pas pratique
    quant aux clientes de la dame ci-dessus je ne vois pas ce qui les empêche de se maquiller ou de mettre ce qu’elles veulent ; d’ailleurs j’avais pas mal de réunions et je n’allais pas les faire en négligé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *