Parfum de jeunesse #3 : Anaïs Anaïs de Cacharel

Parfum de jeunesse #3 : Anaïs Anaïs de Cacharel

Je continue ma « saga » parfum de jeunesse…

Les deux premiers tomes sont ici et .

Aujourd’hui, on va parler du classique des classiques des jeunes filles qui ont mon âge aujourd’hui (ou presque). Anaïs-Anaïs de Cacharel. Je suis prête à parier que vous êtes nombreuses à avoir connu ce parfum. Aujourd’hui, il existe encore, rebaptisé « Anaïs-Anaïs l’Original », car il a été, depuis, décliné en une autre version (« Premier délice », une version plus sucrée que l’Original).

Visuel trouvé sur Etsy (j’avais le vapo, jusqu’il y a peu,
je le gardais encore, mais j’ai fait un vaste tri…)

Anaïs-Anaïs, c’est d’abord un parfum créé en 1978 (il est quasiment de mon âge !) par la maison Cacharel.

Le flacon est en opaline blanche, flanqué d’un bouchon au caractère rétro qui rappelle les anciens flacons de parfum. Créé par Annegret Beier, il est orné d’une étiquette avec des fleurs…

Créé par quatre parfumeurs (Paul Léger, Raymond Chaillan, Robert Gonnon et Roger Pellegrino), il met à l’honneur le lys. S’y mêlent également d’autres fleurs blanches pour évoquer la pureté, l’idée d’une jeune fille en fleurs… C’est un vrai floral : en notes de tête, on trouve du chèvrefeuille, de la bergamote et du galbanum ainsi que de la jacinthe. Le coeur de lys est entouré de muguet, de rose, le tout habillé d’ylang-ylang et le fond est composé de bois de cèdre, de santal, de mousse de chêne et d’ambre.

L’idée du parfum était de créer un parfum jeune mais aussi sensuel : sa pyramide olfactive est à l’image de cette volonté tout comme le nom. Anaïs Anaïs, un nom double, pour la dualité d’une femme-enfant, à la fois innocente et sensuelle (aujourd’hui, le thème serait sujet à polémique !)…

Et bien sûr, je ne pouvais parler de ce parfum sans évoquer la publicité, le visuel créé par la photographe Sarah Moon, qui lui vaudra d’ailleurs un prix : cette image est connue de toutes et tous, un visuel presque désuet, que d’aucuns ont qualifié de « lunaire », qui donne une image presque floue de la jeune femme à qui est destiné ce parfum : elle est jeune, un peu garçonne, légèrement maquillée, le teint pâle… une seconde campagne photo la rend presque plus effrontée, n’hésitant pas à fixer l’objectif.

Cacharel reprendra d’ailleurs cette identité dans d’autres parfums et dans sa gamme de maquillage que j’ai beaucoup aimée (à relire ici).

Aujourd’hui, je n’ai plus Anaïs-Anaïs dans ma « bibliothèque » de parfums (j’avais le parfum en vapo, j’ai eu des coffrets avec gel douche et lait corporel, la totale !), mais il occupe une place de choix dans mes découvertes olfactives. Ce fut mon premier parfum et pendant longtemps, on me l’a offert car c’était mon parfum de jeune fille… Un jour, je l’offrirai peut-être à ma fille, même si je sais qu’aujourd’hui, d’autres jus ont plus la côte, mais il s’agit aussi de « transmettre », et en ce sens, cette découverte importe !

Et vous, avez-vous connu Anaïs-Anaïs? Ou peut-être Eden (qui était plus fort, ou alors l’eau d’Eden, plus léger…) et qui se souvient de Loulou?

7 commentaires pour “Parfum de jeunesse #3 : Anaïs Anaïs de Cacharel”

  1. Hello ! Ouuuuiiii, c’est aussi une partie de ma vie de jeune fille ! J’aimais beaucoup le flacon et les jolies publicités créées par Sarah Moon, toute une jolie époque ! Quel joli moment de nostalgie !

  2. Coucou, je n’ai jamais porté Anaïs Anaïs, en revanche j’ai fait partie de la team Loulou ! Je me souviens je me l’étais offert avec mon argent de poche à Selfridges en voyage scolaire à Londres dans les années 80… Un mini vapo bleu à 15£ que je dois toujours avoir quelque part dans mon bazar de jeune fille chez mes parents 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *